lundi 13 novembre 2017

J'AI LU : LA MAGIE DE PARIS


La Magie de Paris
Tome 1 : 
Le Coeur et le Sabre
Olivier Gay
Editions Castelmore
Urban Fantasy, YA


Du haut de son mètre quatre-vingt-trois, Chloé est capable de vaincre n'importe qui à l'escrime. Mais lorsqu'elle aide Thomas, un garçon de sa classe, attaqué par une étrange créature, sa vie bascule. Gravement blessée, elle perd connaissance.
A son réveil, son corps ne conserve aucune trace de ce combat et elle se sent... différente et plus puissante. L'heure des révélations à sonné : Thomas possède des pouvoirs magiques et, pour la sauver, il a utilisé un rituel interdit qui l'a liée à lui.
Devenue sa protectrice contre son gré, Chloé va découvrir le monde des Mages. Un monde fait de duels à l'épée, de courses sur les toits, de sortilèges et d'ennemis implacables.
Un monde dans lequel elle n'a pas sa place.

MON AVIS

D'emblée on entre dans l'histoire, le récit est vivant et plutôt accrocheur. Mais...

Chloé est une étudiante sans beaucoup de grâce ni de charme particulier (je persiste à dire qu'une héroïne de roman doit avoir un peu de chic, de panache et de l'éducation, cela donne le bon exemple aux ados). 1,83 m est une taille plutôt agréable pour une femme, mais pour une jeune fille cela peut être un complexe, sans compter l'introversion de Chloé. De plus, on n'imagine pas vraiment son visage, mis à part ses mâchoires carrées, alors que celui de Thomas est bien mieux décrit...
Voilà, déjà, je n'ai pas complètement accroché avec Chloé... Mais elle est sympa.

Chloé (je ne me souvenais pas du prénom de l'héroïne, lorsqu'il est signifié au cours du chapître 9, je me demandais qui était Chloé ! Tout cela pour dire que le roman est écrit à la première personne, du coup on oublie un peu son prénom...) Chloé donc, est une jeune championne d'escrime. Un soir, dans le gymnase de son lycée alors qu'elle s'entraîne seule, elle va assister à un combat entre un nouveau camarade de classe et un drôle de personnage armé d'une épée. Celui-ci va quasiment tuer Chloé lorsqu'elle va vouloir prêter main forte à Thomas. Ce dernier, pour lui sauver la vie, n'aura d'autre choix que de la faire "Chevalier" selon un rituel magique. Thomas est un Mage, et Chloé n'aura de cesse de le poursuivre pour avoir des réponses à toutes les questions qu'elle se pose à propos de son nouvel état et de son nouveau "job". Et cette quête obsessionnelle l'amènera à être mêlée aux événements de ce monde magique, car en bon Chevalier, elle se doit désormais de protéger Thomas et en ressent le besoin.

Le lecteur est emporté par l'histoire, même si l'action n'est pas toujours intense, le récit est rythmé, on ne reste pas une seconde sur le bord de la route, il n'y a pas de longueurs et l'ensemble est plaisant, mais quelques imperfections ne passent pas inaperçues, hélas...

De la simple faute d'orthographe (pour moi, dans un roman, c'est inexcusable) à la faute de français, (comme par exemple "avoir l'air maligne" au lieu de "avoir l'air malin" -c'est l'air qui est malin, non pas la fille- un écrivain se doit savoir cela),  de syntaxe ou de non emploi du conditionnel,  ce roman fut lourd à digérer à ce niveau, bien que la dernière partie du roman soit plus "digeste" de ce point de vue là. L'écriture est honnête mais sans plus, on ne peut pas parler de "belle plume", car sans manquer réellement de vocabulaire, le récit esquive toute envolée et toute magie littéraire. 

Ce roman est captivant mais sans vraiment d'originalité, malgré ce que la jolie couverture promettait... Par contre, il n'y a pas de temps mort, c'est pour cette raison que je suis allée au bout de ma lecture et qu'au final, je ne me suis pas ennuyée une seconde ! La narration avait bien quelque chose d'efficace malgré tout... 

L'étrange et singulière fin me laisse... dubitative. Bien sur, elle appelle très fort la suite, mais je suis tout de même restée avec une impression bizarre, saugrenue, presque dissonante, pas déplaisante pour autant, mais elle m'a un petit peu dérangée... Et pourtant le lecteur ne s'attend pas le moins du monde à cette fin de tome... Lirai-je la suite ? Je pense que oui, je veux savoir...

4 commentaires:

  1. Merci pour cette suggestion Nathanaëlle . J'espère que la suite te plaira.
    je viens de finir " Sur les chemins noirs" de Sylvain Tesson , une belle plume mais j'ai fini par décrocher, même si je suis allée jusqu'au bout . Faut dire que je sortais de la lecture du dernier Chalandon " le jour d'avant" qui m'a bouleversée . je vais attaquer le 5è me Millénium.
    Bonnes lectures.
    Bises pour toi et caresses pour tes félines.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Zoé, je n'ai jamais lu de Sylvain Tesson, quant à Sorj Chalandon, on sort toujours un peu enrichie, comme mûrie de notre lecture, en tout cas jamais indemne. Et Millenium, je n'avais pas accroché du tout avec le tome 1, j'avais même abandonné ma lecture, je n'ai même pas accroché avec le film, c'est pour dire lol
    En ce moment, je lis "Les Herbes de la Lune" d'Anne Laure, un Fantasy vraiment bien écrit, et je retrouve le même bonheur que j'avais eu à lire "Finisterrae" d'une autre autrice, un peu sur le même thème.
    Gros bisous Zoé et les petites fées, les calinous sont transmis à mes félines...(ou félins ? lol Il y a 3 filles et 2 garçons, on peut donc maintenant, parait-il, utiliser le genre dominant en nombre pour qualifier un groupe, en tout cas des profs se battent pour cela et ce n'est pas plus mal lol stop à la domination masculine au détriment de la logique)

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,

    Je viens de tomber sur ta chronique, et suis désolé que tu n'aies pas aimé autant que prévu ;)

    Par contre, je suis curieux lorsque tu parles de "De la simple faute d'orthographe (pour moi, dans un roman, c'est inexcusable) à la faute de français, (comme par exemple "avoir l'air maligne" au lieu de "avoir l'air malin" -c'est l'air qui est malin, non pas la fille- un écrivain se doit savoir cela), de syntaxe ou de non emploi du conditionnel". Aurais-tu quelques exemples ? Je suis un peu surpris, car je ne crois pas avoir vu de fautes dans ce roman, et le correcteur de la maison d'édition est très efficace. Je ne mets pas du tout ta parole en doute, mais tu es la seule à parler de ces fautes, es-tu sûre que tu ne te trompes pas ?

    Merci d'avance de ton retour, s'il s'agit bien de fautes, elles seront évidemment corrigées lors d'une réimpression !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pan, l'auteur me tombe dessus ! lol Je suis ravie et même honorée de ta visite et de ton commentaire dont je te remercie. Oui, je viens de relire ma chronique (il faut vraiment que j'arrête d'écrire mes chroniques "à chaud", juste après avoir fermé le livre lol) Alors oui, j'ai aimé, parce que le sujet du roman est original, puis, j'ai été vraiment emportée par le récit, je l'ai bien dit. Mais ce qui a gâché ma lecture, ce sont les fautes, (Oui, je persiste, le correcteur a laissé passer des fautes, et non je ne me trompe pas, c'est aussi mon métier), et cette lecture doit arriver après plusieurs cas similaires du coup, j'étais un peu lassée par cela. Les éditeurs transmettent la culture, le savoir, et si ils faillissent, il n'y a plus de sérieux et c'est tellement dommage. Si tu me le permets, dès ce weekend, je reprends cette lecture pour chercher les fautes, et je les signalerai ici, à moins que je puisse te contacter via un autre moyen, par mail si tu le souhaites, je te donnerai mon adresse soit par Messenger (j'ai un compte Facebook : Nathanaëlle Court) ou par Babelio : Venezia75.
      A bientôt Olivier !

      Supprimer