dimanche 28 avril 2019

UN LIVRE, UN THE...


Un livre : 
Qui Prend la Mouche, la première enquête d'Hamish Macbeth
De M.C. Beaton
Editions Albin Michel

Un Thé : 
Thé Dammann Pecan Pie
Pâtisseries Llinarès - Aurillac 


Un nouveau héros de Cosy Mystery à découvrir pour nous lectrices et lecteurs français/ses, le policier écossais Hamish Macbeth nous entraîne dans les Highlands, à Lochdubh.  J'en ai déjà dévoré la moitié ! Le tome 2 se nomme "Qui part à la Chasse", il vient également de sortir en librairie, en même temps que le tome 1.
Je suis fan des couvertures, les illustrations d'Alice Tait me charment à chaque fois avant d'avoir ouvert le livre ! Il s'agit de la même illustratrice qu'Agatha Raisin, héroïne de la même autrice.
Si vous aimez Agatha Raisin, vous aimerez Hamish Macbeth ! 
On en reparle très vite...

vendredi 26 avril 2019

J'AI LU : LE CLUB VESUVIUS


Une Aventure de Lucifer Box
Tome 1 : 
Le Club Vesuvius
Mark Gatiss
Editions Bragelonne
Steampunk



Lucifer Box : portraitiste de talent, dandy, bel esprit, mauvais garçon... et le plus irrésistible des agents secrets de Sa Majesté. Lorsque les meilleurs scientifiques du royaume sont mystérieusement assassinés, Lucifer se lance dans une enquête trépidante, des clubs de gentlemen londoniens aux bas-fonds volcaniques de Naples, tout en déterminant la façon la plus seyante de porter un œillet blanc à sa boutonnière. Une immersion étourdissante dans les arcanes d'un ordre occulte aux pratiques décadentes - et de ses secrets les plus sulfureux.


MON AVIS 
(Sans Spoiler)

Si le héros n'est en rien modeste, il reste toujours très élégant, tout comme la plume de l'auteur, bien qu'elle nous conduise dans un monde un tant soit peu subversif, et un brin décadent, mais avec assez d'esprit pour rendre la lecture agréable et j'irai jusqu'à dire assez pétillante, un peu dans la veine d'Oscar Wilde mâtinée d'un "petit coté San Antonio"... Je ne sais pas si je me fais bien comprendre... Bref, si l'humour pourtant so british n'est pas toujours ciselé, la plume de l'auteur rattrape la situation.

Lucifer Box, notre James Bond victorien, (qui habite au 9 Downing Street, juste à coté du 10, excusez du peu !), oeillet blanc à la boutonnière, est donc un agent secret (et tueur à gages à l'occasion) mais il est aussi peintre de talent. Il s'adresse lui-même au lecteur pour lui conter sa propre aventure. Une enquête par moments déjantée, mais néanmoins suffisamment prenante pour susciter l'intérêt du dit lecteur.

Nous voyageons de Londres à Naples, en compagnie de notre dandy qui même son enquête sur la mort de deux scientifiques. En même temps, il doit aider son ami Miracle à se disculper d'une accusation pour le moins accablante. C'est donc à Napoli que nous faisons la connaissance de ce mystérieux club Vesuvius... Et par la même occasion de Charles, le désormais très particulier valet de notre héros.

Pendant les deux tiers du livre, le coté steampunk n'est pas très présent, mais il se révèle dans la dernière partie. Dernière partie très intéressante, palpitante, sans temps mort. 

Le travail éditorial est superbe, même dans la version poche, mais... c'est Bragelonne ! Les illustrations intérieures, têtes de chapitres et pleines pages, sont nombreuses et collent parfaitement à l'univers de Lucifer Box.

Je pense, et je suis même certaine, de me procurer les deux autres tomes des Aventures de Lucifer Box. Le héros est extravagant mais malgré sa suffisance, il est attachant, et j'ai bien aimé la manière dont l'auteur embarque le lecteur dans cette enquête, pour le moins périlleuse. 

De plus, j'ai appris par hasard que Mark Gatiss, l'auteur du roman, n'est autre que l'acteur qui incarne Mycroft Holmes dans la série "Sherlock" avec Benedict Cumberbatch, série dont il est aussi l'un des auteurs et scénaristes.

J'AI LU : COMMENT MA COUSINE A ETE ASSASSINEE


Comment ma Cousine a été Assassinée
Joseph Sheridan Le Fanu
Editions Fayard
Fantastique - Gothique
Littérature Irlandaise



Lady Margaret est une jeune fille orpheline de mère. A la mort de son père fortuné, elle est placée chez son oncle et tuteur, le sinistre sir Arthur Tyrrell, qui a une réputation de meurtrier. A son arrivée dans sa nouvelle demeure, retirée, elle se lie immédiatement d'amitié avec sa cousine Emily. En revanche, elle ne cessera de nourrir méfiance et répulsion à l'égard de son cousin Edward, individu détestable qui cherche à la contraindre au mariage. Elle soupçonne qu'on en veut à son héritage. 
On veut la tuer. 
"Comment ma Cousine a été Assassinée" (1838) est la première nouvelle de Joseph Sheridan Le Fanu (1814-1873), écrivain irlandais des plus populaires à l'époque victorienne - avec Oncle Silas, Carmilla. 
Dans la tradition du roman gothique, l'auteur personnifie le diable sous les traits de l'oncle, persécuteur qui se cache sous le masque de la vertu. Il met en place un suspense, en passe de devenir un classique.

MON AVIS
(Sans Spoiler)


Ce fut l'une des premières nouvelles parues de l'auteur, et cet ouvrage que je qualifierai de "mélodrame gothique victorien" de 79 pages est idéal pour découvrir l'oeuvre de Joseph Sheridan le Fanu qui, avec Mary Shelley, est l'un des précurseurs du genre gothique et d'horreur. 
Nous plongeons dans un récit rétrospectif sur la vie de la jeune, douce et très pieuse Lady Margaret, et apprenons comment sa cousine Emily fut assassinée. 
Margaret elle-même, à la mort de son père, (bizarrement on ne parle pas de la mère de notre héroïne, quelle soit vivante ou non) est placée au domaine de Carrickleigh, chez son tuteur, un oncle banni de la haute société pour une suspicion de meurtre, mais lorsqu'elle rejette la proposition de mariage de son cousin, l'oncle adorable devient diabolique. 
L'isolement et l'enfermement que subit Margaret sont déjà tellement révoltants, imaginez la suite... Le mariage ou la mort ! Deux jeunes femmes livrées à la merci des hommes, la cousine Emily mourra et Margaret sera sauvée... par sa foi. 
On peut voir dans ce premier roman des prémices de Carmilla, que l'auteur écrira plus tard, les deux jeunes femmes partagent le même lit. 
L'histoire est somme toute assez prévisible, car les ficelles ne passent pas inaperçues, mais la lecture demeure intéressante, (bien que je l'ai moyennement appréciée), les frissons sont distillés quand il faut et la torture est psychologique, on retrouve ce même thème dans Oncle Silas du même auteur, oeuvre toute aussi sombre et noire qui sera écrite quelques années plus tard. 
Noir c'est noir... J'enchaîne avec une lecture plus cool...

mercredi 24 avril 2019

UN LIVRE, UN THE...



Le Club Vesuvius, tome 1 des aventures de Lucifer Box, 
(Steampunk aux éditions Bragelonne) 
la plume est agréable à lire, on en reparle très vite...
Et vous que lisez-vous ? 

UN LIVRE, UN THE...



Pâtisserie LLinarès Aurillac, 
Thé 4 Fruits Rouges Dammann Frères, 


Sur le bandeau, il est écrit "Il n'y a que deux sortes de lecteurs de Wodehouse, ceux qui l'adorent et ceux qui ne l'ont pas lu", pour l'instant je suis dans la 2e catégorie, rendez-vous à la fin de ma lecture, je vous dirai si je fais partie de la première catégorie, ou s'y j'en crée une troisième ! lol 
On va suivre un butler anglais nommé Jeeves qui ne cesse de remettre à sa place le maître de maison, le nanti et futile Bertie Wooster. Il y a du suspense et de l'humour so british, cela m'a l'air tout de même un peu loufoque, mais on en reparle bientôt... 
Et vous, vous connaissez Jeeves ? 

lundi 22 avril 2019

J'AI LU : LES CHRONIQUES DE MACKAYLA LANE - TOME 5


Les Chroniques de Mackayla Lane
Tome 5
Fièvre d'Ombres
Karen Marie Moning
Editions J'Ai Lu
Urban Fantasy


"Rien n'est au delà de mes capacités.
Je suis tout.
Vous êtes un livre. Des pages avec une reliure. Vous n'êtes pas né. Vous ne vivez pas. 
Je ne connais pas la peur. 
Que voulez-vous de moi ? 
Ouvre les yeux. Vois-moi. Vois-toi. 
Mes yeux sont ouverts. Je suis le bien. Vous êtes le mal." 
Conversation avec le Sinsar Dubh.


MON AVIS
(Sans Spoiler)


Enfin ! Je viens de terminer ce pavé de 887 pages... Je dis "enfin" car j'ai adoré cette histoire, mais ce tome 5 s'éternisait beaucoup trop : entre longueurs interminables, questionnements stériles et pénibles redondances, la lecture fut un peu indigeste par moments. Pourtant cette série est excellente ! 

Mes doutes quant à la nature de la créature de la fin du tome 4 sont confirmés dans ce tome, et si je suis heureuse de cette issue pour elle, je reste dubitative quant à l'avancée de l'histoire. 
Quand on part à travers les miroirs, dans d'autres dimensions, (et cela se produit si souvent que cela en est lassant) on ne suit plus très bien l'action, il m'est arrivé de lire certains passages en diagonale tant c'est long, c'est long, c'est long... De plus, ce qu'il s'est passé dans les tomes précédents nous est trop souvent resservi.

On se perd dans des introspections semées au cours de l'action ce qui ralentit considérablement la lecture car elles coupent certaines scènes, et celles-ci sont résumées par la suite, dans le chapitre suivant. 
En vérité, je suis déçue par ce tome 5, que je n'ai pas trouvé à la hauteur des tomes précédents et de l'ensemble de la série. Ce tome est lent et lourd, en cruel manque d'action, les révélations se font attendre, certaines en demi-teintes, et se dévoilent confusément pour d'autres.

Certains personnages se dévoilent, comme Dani, cette gamine culottée et mal élevée, comme V'lane également, et bien d'autres, mais on en sait guère plus sur Barrons qu'à la fin du tome 4, mis à part la raison pour laquelle il cherchait le Sinsar Dubh. Quant à d'autres, c'est sans surprise que l'on est conforté dans leur desseins, comme Rowena entre autres...

Des fautes d'orthographe et une mauvaise relecture post-traduction (pourquoi le subjonctif n'est-il pas employé ?) alourdissent le texte du premier tiers du livre. C'est assommant de lire ces maladresses... Sans compter que l'on passe de l'imparfait au présent, pour revenir à l'imparfait, la lecture n'est pas fluide, loin de là.

D'autre part, le terme "bipolaire" est mal employé. La bipolarité est une maladie et ne correspond pas du tout à notre héroïne, l'évocation de "double personnalité" aurait mieux convenu, mais au final, ce n'est pas vraiment le cas de Mac. Bien qu'elle ait des réactions contradictoires, elle est plutôt équilibrée et bien dans ses baskets, car ce qui lui arrive n'est en rien ordinaire. Voilà encore un détail de confusion, sur toute la nébulosité de ce tome 5.

Dans l'ensemble, ce tome est nettement en dessous de la qualité des autres mais j'ai beaucoup aimé les Chroniques de MacKayla Lane, et je conseille cette saga, car elle est tout de même "supercalifragilistique" et "expialédocieuse", voire incontournable ! 

mardi 16 avril 2019

NOTRE-DAME...


Hommage à une merveilleuse dame de pierre que je veux vite revoir dans sa splendeur...



dimanche 14 avril 2019

LA MAGIE DU RANGEMENT ILLUSTREE


La Magie du Rangement
Illustrée
Marie Kondo
Editions Kurokawa
Développement Personnel



Avec ce livre, découvrez de manière ludique la méthode de rangement révolutionnaire imaginée par Marie Kondo. Papiers, livres, vêtements : des conseils simples et efficaces pour tout ranger. Grâce aux croquis, apprenez les bonnes techniques et optimisez vos espaces de rangement. En compagnie de Marie Kondo, chassez le désordre pour de bon! Et si, pour améliorer votre quotidien et changer votre vie, vous mettiez de l'ordre dans votre intérieur?


MON AVIS


J'ai découvert la méthode de Marie Kondo grâce à des vidéos sur Youtube, et cela avait retenu mon attention. Pour en savoir un peu plus et mettre en pratique ces conseils, j'ai acheté l'ouvrage illustré. J'ai ouvert le livre et j'ai tout lu dans la foulée. 

Se débarrasser de tout ce qui ne provoque pas, ou plus, de plaisir parmi nos tiroirs, nos placards, notre dressing etc..., j'adhère à 1000% ! La seule chose sur laquelle je ne suis pas d'accord, ce sont les livres, j'aime les livres, je garde mes livres, même si je ne les relirai pas forcément, j'aime mes bibliothèques bien garnies.
Pour le reste, tout rentre dans ma philosophie de vie, je n'aime pas garder ce qui est inutile, vieux, usagé et ne sert à rien, je le jette ou je le recycle en le dirigeant vers des associations.

J'ai donc mis en pratique cette "magie du rangement" d'une manière plus efficace, notamment pour la mise en ordre des tiroirs, le pliage des vêtements, quel gain de place avec cette manière de placer les vêtements pliés en hauteur !
Pour une fois qu'un manuel de conseils me sert vraiment à quelque chose, je recommande ce livre et cette méthode (j'ai choisi la version manga). 
Au niveau du style, il n'y a aucune qualité rédactionnelle et littéraire, mais j'ai vraiment aimé cette philosophie du rangement, je fais de la place sans état d'âme pour de futurs nouveaux coups de coeur ! 

samedi 13 avril 2019

J'AI LU : LES CHRONIQUES DE MACKAYLA LANE - TOME 4


Les Chroniques de MacKayla Lane
Tome 4 :
Fièvre Fatale
Karen Marie Moning
Editions J'Ai Lu
Urban Fantasy




A la merci de mes ennemis, je lutte pour survivre, c'est-à-dire, en l'occurrence, pour ne pas tomber sous le charme fatal de celui que je me suis juré de tuer... mais je sens que je perds la bataille, que les frontières entre notre monde et celui des Faës sont en train de céder. Je sens que j'entame le combat le plus difficile de ma vie. Je ne laisserai pas tomber. Je sais que j'ai des alliés, et, plus important, la mémoire de ma sœur assassinée à défendre. Saurai-je faire face à la vérité ?


MON AVIS
(Sans Spoiler)

Tout bascule dans ce tome, il y a pourtant quelques longueurs, mais je n'ai pas pu lâcher le livre avant la fin, et quelle fin ! On croit bien deviner ce qu'il se passe... J'ai tout de suite ouvert le tome 5, j'en ai lu 140 pages et... Oh ! 
Mais revenons à ce tome 4... 

Des réponses sont livrées au lecteur, mais de nouvelles questions apparaissent au fil des pages, avec une révélation à la toute fin du tome qui vous laisse bouche bée, littéralement clouée au canapé ! (Canapé sur lequel, enroulée dans mon plaid, j'en ai presque laissé tomber mon mug de thé à la toute fin du livre !)

On retrouve MacKayla dans la mauvaise posture dans laquelle on l'avait laissée à la fin du tome 3, et celui qui tient à elle sait toujours ce qu'il faut faire pour l'aider, il emploie une drôle de thérapie, or celle-ci se révèle très efficace. 
Mac a bien changé, elle aime toujours le rose, mais elle a viré au noir avec des bottes et un manteau de cuir. Ce n'est plus Mac 1.0 dans ce tome nous avons affaire à Mac 5.0, elle n'est plus la même jeune femme naïve en mini jupe pastel qui arrivait à Dublin depuis sa Géorgie natale pour éclaircir l'assassinat de sa soeur. Elle le trouvera cet assassin, mais en attendant, elle a maille à partir avec... heu... l'Apocalypse ? Oui, quelque chose comme ça...
Et le lecteur reste autant dans le flou que MacKayla, il faut dire que l'autrice sait parfaitement bien ménager ses effets et ses surprises ! 
Et V'lane, où est-il passé celui-ci ? On ne sait toujours pas qui est vraiment Barrons... Mac parviendra-t-elle à mettre la main sur le Sinsar Dubh ? Qui a tué Alina ? Et pourquoi ? Et plein d'autres questions encore en suspens d'autant plus qu'une prophétie vient se greffer à l'histoire, les ébauches des tomes précédents se précisent dans ce tome 4. 
Ceux que l'on croyait tout blancs ne le sont peut-être plus autant et ceux que l'on croyait bien noirs deviennent gris... A qui se fier ?
Oui le lecteur est un peu frustré, il n'est pas plus avancé que l'héroïne, et malgré l'attente de réponses, je persiste : cette série est totalement addictive ! Patience, je saurai tout dans le tome 5...

jeudi 11 avril 2019

UN LIVRE, UN THE...



Un livre Un thé... et deux pâtisseries... 😊(et ben pourquoi pas !) J'ai étrenné ma nouvelle tasse récemment acquise, il me la fallait celle-ci ! "Winter Nevers Ends" dit elle, avec ce petit renard doré qui m'a fait craquer, il était vraiment fait pour moi ce mug ! (Trouvé chez Maison du Monde qui vient de s'ouvrir dans ma ville).
Je n'ai pas encore commencé ce nouveau roman de Laura Carlin, trop happée par la fin des Chroniques de MacKayla Lane. Je termine le tome 5 et je suis ravie par cette série Urban Fantasy, une des meilleures que j'ai eu le bonheur de lire. 
Donc, je ne vous parlerai pas encore de l'Oeillet de Velours, dont l'Irish Times dit être magnifiquement divertissant, plein d'esprit et follement agréable à lire. L'histoire commence en 1831 dans les rues de Londres, où l'on va suivre une jeune femme nommée Hester White désireuse de s'élever dans la société... Il est paru chez Milady le 13 mars dernier, mais peut-être me faudra-t-il un roman de transition, quelque chose de drôle ou un ouvrage graphique, après l'histoire si prenante de MacKayla Lane, il y a des séries que l'on n'aime pas voir se terminer... A très vite pour ma chronique du tome 4...