mercredi 21 juin 2017

J'AI LU : SIX OF CROWS


Six Of Crows
Tome 1
Auteure : Leigh Bardugo
Editions Milan
Fantasy, YA

Ketterdam – Quartier du Barrel : une ville grouillante de malfrats où tout s’achète si on y met le prix. Ce principe, personne ne l’a fait autant sien que Kaz Brekker, dit "Les Mains Sales". Quand le voleur se voit offrir une mission impossible mais qui le rendra riche, il réunit son équipe : un soldat assoiffé de vengeance, un tireur d’élite accro au jeu, un jeune fugueur des beaux quartiers, une espionne défiant les lois de la gravité, et une Grisha aux puissants pouvoirs magiques. Six dangereux hors-la-loi seuls capables de sauver le monde – s’ils ne s’entretuent pas avant…



MON AVIS


L'univers de ce roman est sombre mais riche, original et extrêmement bien planté et travaillé. Les consonances nordiques de cet univers et des langues m'a beaucoup plu. Le roman suit 6 personnages et leurs histoires, chacun de ces six protagonistes, tous hors la loi ou criminels malmenés par la vie, s'est retrouvé à Ketterdam pour différentes raisons. Le destin les réunit pour organiser l'évasion du savant Bo Yul-Bayul, emprisonné au Palais de Glace, une forteresse infranchissable. Ce savant a conçu une drogue permettant de gagner la guerre entre Kerch et Fjerda. Une mission hautement à risques, quasi impossible, mais s'ils réussissent, ils seront riches.

Le lecteur fait donc la connaissance de Kaz Brekker, jeune voyou surdoué et chef de cette entreprise, de Nina, une grisha, guérisseuse capable de modifier son apparence, d'Inej, de Wylan, de Jasper et de Matthias. Deux filles et quatre garçons, voici les Six of Crows...  


L'histoire compte 6 parties. Au cours du récit, on apprend à connaitre les principaux personnages. Car l'auteure ne nous dit pas tout dès le début, il faut creuser pour découvrir...Kaz, Inej, Nina, Jesper, Matthias et Wylan, leurs histoires, leurs liens, leurs passés et leurs espoirs, leurs personnalités -parfois à plusieurs facettes- et leurs secrets.... 

L'intrigue est bien cousue et l'auteur prend le temps de décortiquer la psychologie de chaque héros, son histoire, ses travers et ses qualités. Le lecteur s'attache petit à petit aux Six of Crows malgré la noirceur notoire du roman et l'éthique, par moment très discutable, de ces personnages.

De temps à autre, dans les "flash-back" de certains personnages, comme Kaz par exemple, je me suis un peu ennuyée car l'action et le suspens ralentissaient. De toute façon, l'intrigue reste lente, réussie, mais lente, malgré les rebondissements et les révélations.

Le roman est intéressant car l'univers, le décor sont incroyablement bien pensés et bien construits, mais certaines scènes sont brutales. Nos héros sont des "durs à cuire". Juste un bémol : quand je saute des passages comme ce fut la cas lors de cette lecture, cela signifie qu'elle ne m'a pas totalement emportée bien que la fin de ce tome recelait des surprises...  
Je lirai surement le tome 2, mais pas tout de suite...
En résumé : lecture en demi-teinte mais avis positif.

Certaines fois, on imagine bien un roman devenir une série, Six of Crows fait partie de ces romans-là. Peut-être est-ce dû à l'excellente qualité de l'écriture, mais pas seulement...

Dans le cas où le lecteur ne connait pas la trilogie Grisha, de la même auteure, parue avant celle-ci, cela ne gène en rien la lecture ni la compréhension de l'univers des grishas, justement.

lundi 5 juin 2017

J'AI LU : LE PENSIONNAT DE Mlle GERALDINE - TOME 3


Le Pensionnat de Mademoiselle Géraldine
Tome 3
Jupons et Poisons
Gail Carriger
Editions Orbit - J'ai Lu
Fantasy, Steampunk



Toujours élégante, Sophronia continue sa deuxième année au pensionnat – avec un éventail à lames d’acier dissimulé dans les plis de sa robe de bal, bien évidemment. Une arme tendance et fort à propos, puisque la jeune espionne, sa meilleure amie Dimity, l’adorable soutier Savon et le charmant Lord Felix Mersey montent clandestinement dans un train en direction de l’Écosse pour ramener leur camarade de classe Sidheag à sa meute de loups-garous. Personne ne se doute de ce qu’ils vont trouver – ou qui – à bord de ce train étrangement vide. Alors que Sophronia met à jour un complot susceptible de plonger Londres tout entière dans le chaos, elle va aussi devoir décider une bonne fois pour toutes vers qui va sa loyauté. 
Rassemblez vos poisons, affûtez vos plumes d’oie et rejoignez les jeunes et gracieuses machines à tuer du pensionnat de Mlle Géraldine dans ce troisième volume passionnant offert par l’auteur steampunk à succès Gail Carriger.


MON AVIS : 

Je ne le dirai jamais assez : cette série est un vrai bonbon ! Si le rythme de cet "épisode" est un peu plus lent au début, il va crescendo, au rythme de la locomotive volée par Sophronia et ses amis, entre suspens et humour, vers le dénouement riche en émotions d'une intrigue toujours aussi bien ficelée par l'auteure. J'aime toujours autant le sens de la répartie de notre héroïne ! Encore un tome rafraîchissant, plein de fantaisie (de Fantasy aussi) et d'originalité.

Sophronia a maintenant 16 ans, elle est l'une des meilleures élèves du Pensionnat de Mademoiselle Géraldine (cet étonnant dirigeable-école d'espionnage qui vogue au dessus de l'Angleterre Victorienne). Elle a décidé d'aider son amie Sidheag dans une situation complexe (voici l'affaire Kingair déjà décrite dans le Protectorat de l'Ombrelle).  
Et dans ces cas-là, Sophronia peut compter sur ses proches amis, fidèles au poste. Après un bal au cours duquel il arrive un événement bien étrange dans la maison de ses parents, les voici en route pour l'Ecosse après avoir volé un canot (qui vole bien sur !). 
Une escapade totalement rocambolesque, pendant laquelle, nos héros embarqués dans un train où ils voyagent clandestinement, vont mettre le doigt sur une seconde énigme, en lien avec le fil rouge de cette saga.

Et dans ce tome 3, notre héroïne va totalement baigner dans un triangle amoureux... On s'en doutait un petit peu, après la fin du tome 2, mais là, les choses se confirment... Même si l'intrigue ne s'appuie pas sur grand chose, la plume de l'auteure, fort alerte et distrayante, sait nous tenir en haleine. Il parait que le tome 4 sera, hélas, le dernier de cette série qui sent bon le thé et les petits gâteaux à l'anglaise...
J'adore ! 

dimanche 14 mai 2017

J'AI LU : LE ROYAUME DE MESSIDOR - TOME 1


Le Royaume de Messidor
Tome 1 : Derrière le Livre
Eunice D.M. 
Illustration de Couverture :
Alexandra V. Bach
Editions Rebelle
Fantasy Jeunesse


Un voyage en Écosse qui tourne au cauchemar. 
Un étrange livre. 
Un majestueux aigle noir. 
Et deux adolescents à la vie tout à fait normale. 
D’un côté, Thomas qui vit en France et, de l’autre, Anaël qui réside au royaume de Messidor. 
Leur rencontre était improbable, mais le destin en a décidé autrement !


MON AVIS


Roman Fantasy aux ingrédients très "jeunesse" mais aux descriptions néanmoins précises. La plume n'est hélas pas à la hauteur de l'univers et des prétentions de ce roman, la narration est lourde et maladroite, elle manque de pep's et surtout de charme, quel dommage ! J'aurais pu être embarquée dans la course folle, j'ai juste été me promener au ralenti.

Le lecteur fait la connaissance de Thomas, enfant adopté par une directrice d'école, à qui son oncle, qu'il ne connait pas encore, a offert un billet d'avion pour venir le rencontrer en Ecosse. 
Le voyage ne se passe pas comme prévu et Thomas se retrouve engagé dans une mission dans laquelle il doit aider Anaël, un fils de forgeron qui souhaite devenir chevalier. Cet autre adolescent vit au royaume de Messidor, ainsi que Shania, la fille d'un comte et Bizouille le lutin. On rencontrera plus tard un elfe qui les guidera de manière très protectrice et efficace. Les deux futurs amis communiqueront par télépathie et seront contraints de se faire confiance. La mayonnaise prendra et l'équipée sera héroïque.

Mais je ne me suis pas attachée aux personnages... Tant de choses m'ont gênée dans la narration...  Des descriptions scolaires, une rédaction plate, malhabile. Par exemple, dans un roman fantasy, au lieu de parler d'une altitude de 1700 m à propos d'une montagne, on préfère évoquer les hauteurs vertigineuses et la brume autour les sommets, cela donne une idée de la dimension, mais citer le chiffre d'altitude fait brochure touristique...  
C'est ainsi (et entre autres exemples de la lourdeur du style) que je suis restée sur le bord de la route qui aurait pu m'emmener au coeur de Messidor... 
A part cela, et ce n'est pas un détail, tous les ingrédients y étaient, l'univers fantasy dans la forêt des elfes, l'initiation, la quête, l'originalité du roman, (l'un des héros est transformé en majestueux animal pour se présenter à l'autre) et la surprise finale. Sans oublier le rébus à déchiffrer dans l'épilogue... Lien vers le tome 2.

lundi 17 avril 2017

J'AI LU : L'AUBERGE ENTRE LES MONDES - TOME 1


L'Auberge entre les Mondes
Tome 1 : 
Péril en Cuisine
Jean-Luc Marcastel
Editions Flammarion Jeunesse
Fantasy



Nathan est apprenti cuisinier dans une auberge réputée pour ses bonnes recettes. Avec son ami Félix, il sent très vite que cet endroit regorge de mystères. Les murs bougent, des créatures inquiétantes semblent vivre tapies dans l'ombre ; et il y a cette force qu'il ressent au plus profond de lui... Alors que les mondes s'affrontent, Nathan est le seul à pouvoir réconcilier les hommes et apaiser les conflits.


MON AVIS

D'emblée, le lecteur est happé par le souffle merveilleux de la plume de l'auteur, celle-ci toujours aussi élégante, par l'univers et par le récit, palpitant dès les premières pages. Je ne parlerai pas beaucoup des héros, je ne voudrais pas gâcher au futur lecteur, les surprises que j'ai eu en me laissant porter par l'histoire. Ce serait vraiment dommage. 
Donc surtout pas de spoil ! 
(Et pour encore moins de spoil, ne surtout pas regarder la 3e de couverture, à l'intérieur du livre, afin de ne pas découvrir trop vite les illustrations de 4 personnages avant la lecture, par contre, le lecteur peut étancher sa curiosité sur la 2e de couverture où figurent les 3 héros...) 

En gros, ce roman c'est Harry Potter en cuisine... La sauce prend dès le début, et ne retombe pas ! On fait la connaissance de Nathan et de Félix, deux ados orphelins et amis d'enfance. Ils sont déjà dans le train pour rejoindre leur lieu de job d'été, l'Auberge des Montagnes, en plein coeur du Cantal. Cette auberge est celle de monsieur Raymond, un de leurs professeurs de cuisine dans leur école hôtelière toulousaine. 
Dès le soir de leur arrivée, les choses vont tout de suite s'enchaîner d'une manière terrifiante, à tel point que Nathan va croire avoir eu de sévères hallucinations lors de son réveil le lendemain. Mais ces hallucinations vont aller crescendo, jusqu'à ce qu'il découvre enfin quel est cet endroit bizarre, pourquoi il est là et ce qui repose sur ses épaules...

La seconde partie du roman parait plus "jeunesse" que la première, avec une exploration dans d'étranges galeries. Mais la fin nous laisse dans une impatiente attente de la suite.

Encore une pépite de la part de l'auteur, pour nous régaler...

A la fin de ce roman, on enchaîne avec de savoureuses recettes de cuisine cantalienne, "racontées" par 2 protagonistes de l'histoire, un peu à la manière de celles qui figurent à la suite des romans de la saga Louis le Galoup du même auteur. De quoi réjouir les papilles du lecteur en attendant la lecture du tome 2...

dimanche 9 avril 2017

J'AI LU : A COMME ASSOCIATION - TOME 2


A comme Association
Tome 2 : 
Les Limites Obscures de la Magie
Pierre Bottero
Editions Folio Junior
Fantasy Jeunesse


Ombe, est lycéenne à Paris et adore la moto. Elle a aussi l'incroyable pouvoir d'être incassable ou presque. C'est pourquoi L'Association l'a recrutée comme agent stagiaire. Une stagiaire de choc, qui fait des débuts remarqués en explosant une bande de gobelins devant tous ses camarades de classe. Le problème ? La discrétion est une obligation absolue au sein de L'Association, comme le lui rappelle Walter, son directeur. Et à force de foncer tête baissée, Ombe l'incassable risque fort de comprendre ce que "ou presque" veut dire 


MON AVIS : 


Si le tome 1 m'avait enthousiasmée lors de sa découverte, le tome 2, quant à lui, ne m'a pas emportée dans sa magie promise, alors que je m'attendais à un épisode tout aussi bien tricoté. 
Bien sur, on suit la plume de Pierre Bottero, (auteur des séries Ewilan et Ellana que j'avais adorées) donc le roman se laisse parcourir sans déplaisir malgré certaines expressions un peu trop "djeuns" (surtout dans le langage de l'héroïne), comme un tout petit parfum de bit lit, ce qui nuit pour moi à une belle prose, et puis il reste très "jeunesse" alors que le tome 1, récit d'Erik Lhomme, était plus intéressant pour un lecteur adulte.

Cette fois-ci, on suit Ombe Duchemin, 18 ans et motarde, paranormale elle aussi, stagiaire à l'Association, la société secrète garante de la paix entre paranormaux, anormaux et humains. Ombe est un peu plus mature que Jasper (héros du tome 1) d'un côté, mais tout aussi maladroite et surtout moins bien élevée, sans oublier son ego surdimensionné. L'innocence et la modestie de Jasper charmaient, mais le coté suffisant d'Ombe irrite et enlève toute sympathie envers ce personnage effronté. 

Notre héroïne croit tout savoir et tombe, bien sur, sur un os pour résoudre sa première enquête. Sa deuxième tentative se révèle nettement plus efficace, contre un ennemi retors et malin, mais Ombe manque terriblement de panache. 
Tout est fait pour nous faire penser à un semblant d'héroïne bit lit, y compris lorsqu'elle pilote sa Kawasaki à 300 à l'heure, sur le Périph parisien, hum... pilote aussi chevronné à 18 ans... Oui pourquoi pas... Elle sait presque tout faire cette fille, mais elle n'a aucun savoir-vivre, aucunes manières, aucune éducation, aucun chic, bref sans intérêt. 
Ombe
Signe particulier : incassable. 
Aime : sa moto, tabasser les gros monstres, qu'on lui fiche la paix !
Mission : faire l'effet d'une bombe sur les trolls et les gobelins. 
Voilà à peu près le ton de la demoiselle...

Les événements s'enchaînent d'une manière prévisible dans ce roman, beaucoup trop pour que les effets de surprise puissent passionner le lecteur de plus de 11 ans. Malgré tout,  il y a ce mystère de l'homme à la moto, qui trouvera certainement son dénouement dans un prochain tome car on reste sur notre faim en ce qui concerne ce détail final. 

jeudi 23 mars 2017

J'AI LU : LA TOUR


La Tour
Cecile Duquenne
Editions Voy'el
2015
Young Adult, Thriller


Jessica, 16 ans, se réveille dans un marécage artificiel aux dangers bien réels. Très vite, elle comprend qu'elle se trouve au sous-sol d'une étrange tour sans fenêtres, et que le seul moyen d'en sortir est de monter jusqu'au toit. Accompagnée de quelques autres jeunes, elle se lance dans l'ascension de sa vie, explorant chaque niveau, affrontant les dangers embusqués? Et les révélations. Car Jessica n'a plus aucun souvenir d'avant son arrivée ici. Ils lui reviennent par bribes, étage après étage, et plus elle en apprend, moins elle désire sortir ? surtout que son pire ennemi se trouve à l'intérieur avec elle. Bientôt, l'envie de se venger prend le pas sur l'envie de s'échapper? Et si en exhumant les secrets de son passé, Jessica levait aussi le voile sur la véritable fonction de La Tour ?


MON AVIS

Roman magistralement écrit, récit mené avec une belle maîtrise, le lecteur est enfermé dans la tour avec les protagonistes. Dès la première page, on est sous tension, on ressent l'angoisse stagnante, omniprésente jusqu'à la fin. Mais... Oui, car il y a un "mais"...  

Je n'ai pas vraiment accroché. Pourquoi ? Un trop plein d'invraisemblances et de désespoir pétrifient le roman et le suspens n'en est plus du tout captivant. Bien que singularités et bizarreries s'expliquent à la fin du livre, elles sont à l'origine de ma désaffection. 

Le lecteur franchit toutes les étapes en même temps que cette héroïne brisée par un drame dont elle ne se souvient pas au début. A chaque étage de la tour, les personnages retrouvent une partie de leur mémoire, mais ce même lecteur finit par se douter de quelque chose...
Quelque chose qui s'avère vrai à la fin du roman. J'avais 2 hypothèses finales, et j'espérai que ce ne soit tout de même pas cette solution, et bien si ! L'une de mes deux hypothèses était la bonne. 

Au début, je suis pourtant entrée dans le roman, car je n'avais aucun à priori négatif, bien au contraire, mais cette tour m'a lassée. Il n'y avait aucune progression positive, chaque étape franchie n'apportait pas son lot de lumière, disons plutôt que l'espoir mettait du temps à s'insinuer, mais au final il s'est avéré glauque. 

Culpabilité, vengeance, rédemption n'ont pas été ma tasse de thé, mais je n'ai pas pour autant abandonné ma lecture grâce à la superbe qualité de l'écriture, car ce fut un réel plaisir de découvrir la plume de Cécile Duquenne.  Je vais d'ailleurs m'empresser de commencer sa série steampunk "Les Foulards Rouges".

dimanche 19 mars 2017

J'AI LU : LES ETRANGES TALENTS DE FLAVIA DE LUCE


Les Etranges Talents de Flavia de Luce
Tome 1
Alan Bradley
Editions 10-18
Policier, Fantastique



Pour Flavia de Luce, presque 11 ans, la découverte d'un oiseau mort sur le seuil de Buckshaw, le manoir en ruine de la famille de Luce, constitue un mystère passionnant - d'autant plus qu’un timbre assez rare est planté sur son bec. Mais ce qui est encore plus curieux, c’est l'effet terrifiant produit par cet oiseau de malheur sur son père, veuf mélancolique et grand philatéliste. Bientôt, Flavia découvre quelque chose d'encore plus choquant gisant dans le champ de concombres qui confirme le drame annoncé par cet oiseau de mauvais augure. Alors que la police s’invite à Buckshaw, Flavia décide que c'est à elle de rassembler les indices et de résoudre le puzzle. Qui était cet homme qu'elle a entendu se disputer avec son père ? Que faisait ce funeste oiseau en Angleterre ? Qui est le vengeur d'Ulster ? Et, plus étrange encore, qui a dérobé une part de l’indigeste tarte à la crème anglaise préparée par Mrs Mullet et qui reposait au frais sur le rebord de la fenêtre ?


MON AVIS : 
(sans spoiler)

L'impertinence et l'intelligence de cette gamine attachante, astucieuse et cultivée, passionnée de chimie (surtout de poisons qu'à faible dose elle teste sur ses soeurs lol. C'est un peu la note gothique lol), ne font qu'ajouter au charme de ce roman policier bien ficelé, sans hémoglobine et sans violence à outrance. 

L'auteur n'a pas lésiné sur l'humour anglais, le vocabulaire est riche, bref, la plume est belle et élégante. J'ai aimé la narration à la première personne qui collait parfaitement au style de l'auteur. Et malgré la lenteur apparente de l'enquête, on ne s'ennuie pas une seconde. L'intrigue est originale, le récit rythmé et le dénouement réserve un palpitant coup de théâtre.

Notre jeune enquêtrice au flegme britannique devance la police avec quelque chose d'Alice au Pays des Merveilles dans l'Angleterre d'Agatha Christie, et cela m'a beaucoup plu ! L'histoire se déroule au tout début des années 50 mais par moments, elle pourrait tout aussi bien se passer dans les années 30 ou même 60, si l'on ne parlait pas de George VI et de la Seconde Guerre mondiale encore toute proche, et ce flou historique ajoute au brouillard de l'enquête.

Nous suivons donc Flavia et Gladys, sa fidèle bicyclette, qui la dépose où l'enquête entraîne notre héroïne, au fil de ses déductions. Après avoir découvert un homme entrain de mourir dans le carré des concombres du potager familial, Flavia va tenter de disculper son père que tout accuse. Pour cela, elle va enquêter sur un second assassinat perpétré des années auparavant. Tout part d'un timbre-poste apporté par un oiseau mort... 

Je lirai les tomes suivants avec beaucoup de plaisir.