mardi 21 novembre 2017

UN LIVRE, UN THE...


Heartless
Marissa Meyer
Editions PKJ
Fantasy

Heartless, l'histoire de la Reine de Coeur d'Alice au Pays des Merveilles, roman de Marissa Meyer, la même autrice que l'excellente série des "Chroniques Lunaires", cela devrait me plaire...

lundi 20 novembre 2017

J'AI LU : LES HERBES DE LA LUNE - TOME 1


Les Herbes de la Lune
Tome 1
Anne Laure
Editions du Chat Noir
Collection Cheschire
Fantasy - YA


"Elle est différente, c’est certain. Pas seulement différente des autres filles. Elle est Autre."

Aussi sûrement que ses cauchemars récurrents ne sont pas le fruit de son imagination, l’univers que s’apprête à découvrir Abigail va lui ouvrir les portes de son passé, mais aussi de son avenir. 
Les brumes mystérieuses de la lande, la force destructrice de la mer, la célébration du solstice d’hiver et la fête celtique de l’Alban Arthan : autant de secrets que la jeune étudiante ne pouvait soupçonner. 
À présent, Abigail devra puiser dans la puissance du cycle lunaire pour affronter son destin qui s’est rapidement mis en marche. Bien trop rapidement...


MON AVIS

Une plume gracieuse et élégante happe d'emblée l'intérêt du lecteur, une plume précise et poétique, pleine de charme et d'émotion (si l'on fait abstraction des fautes d'orthographe en 2e partie de roman ! Encore une fois, l'orthographe doit être irréprochable dans une oeuvre littéraire, les Editions du Chat Noir ont-elles une correctrice/correcteur digne de ce nom ? Je ne parviens plus à tolérer ce manquement). 

Le récit se découpe comme un journal de bord, avec la date et la lunaison. Les cycles lunaires ponctuent les chapitres, on côtoie la mythologie celtique (peut-être pas assez à mon goût), le jargon de l'herboristerie et le pouvoir des herbes, l'importance de la communion avec la nature, les phases et effets de la lune, les légendes celtes et d'extraordinaires ambiances que l'auteur décrit avec brio. 

On suit Abigail, une jeune étudiante en histoire médiévale que sa grand-mère a élevée depuis ses six ans, après le décès de ses parents. Sa vie va basculer à l'approche de l'Alban Arthan, la fête du solstice d'Hiver. 

Loin d'être une tête brûlée, Abigail est une héroïne intelligente, elle apprend, s'interroge, doute, se trompe, réfléchit... Elle peut compter sur l'appui indéfectible de Ler, un herboriste qui la prend sous son aile, mais parfois, elle est bien seule pour affronter quelques événements qui la dépassent. Avec Ler, plusieurs personnages secondaires se révèlent également attachants - ou détestables... Le lecteur partage les émotions extrêmement bien dépeintes de notre héroïne, tout autant que les portraits de la nature et des éléments eux-mêmes, quasiment des personnages à part entière de ce roman. J'ai particulièrement aimé les atmosphères, la plume de l'autrice a décrit les questionnements d'Abigail avec sensibilité. On retrouve la lutte entre le Bien et le mal, et le lecteur est en demande de la suite car le tome 2 réserve certainement bien des surprises... 

"Les Herbes de la Lune" me rappelle "Finisterrae" de Jeanne Bocquenet-Carle, autre roman fantasy au milieu druidique que j'avais beaucoup aimé.

jeudi 16 novembre 2017

UN LIVRE, UN THE...


Les Herbes de la Lune
Anne Laure
Editions Le Chat Noir
Fantasy


Ma Chronique à suivre prochainement... Mais d'ores et déjà, je peux dire que j'apprécie beaucoup cette lecture ! 

lundi 13 novembre 2017

J'AI LU : LA MAGIE DE PARIS


La Magie de Paris
Tome 1 : 
Le Coeur et le Sabre
Olivier Gay
Editions Castelmore
Urban Fantasy, YA


Du haut de son mètre quatre-vingt-trois, Chloé est capable de vaincre n'importe qui à l'escrime. Mais lorsqu'elle aide Thomas, un garçon de sa classe, attaqué par une étrange créature, sa vie bascule. Gravement blessée, elle perd connaissance.
A son réveil, son corps ne conserve aucune trace de ce combat et elle se sent... différente et plus puissante. L'heure des révélations à sonné : Thomas possède des pouvoirs magiques et, pour la sauver, il a utilisé un rituel interdit qui l'a liée à lui.
Devenue sa protectrice contre son gré, Chloé va découvrir le monde des Mages. Un monde fait de duels à l'épée, de courses sur les toits, de sortilèges et d'ennemis implacables.
Un monde dans lequel elle n'a pas sa place.

MON AVIS

D'emblée on entre dans l'histoire, le récit est vivant et plutôt accrocheur. Mais...

Chloé est une étudiante sans beaucoup de grâce ni de charme particulier (je persiste à dire qu'une héroïne de roman doit avoir un peu de chic, de panache et de l'éducation, cela donne le bon exemple aux ados). 1,83 m est une taille plutôt agréable pour une femme, mais pour une jeune fille cela peut être un complexe, sans compter l'introversion de Chloé. De plus, on n'imagine pas vraiment son visage, mis à part ses mâchoires carrées, alors que celui de Thomas est bien mieux décrit...
Voilà, déjà, je n'ai pas complètement accroché avec Chloé... Mais elle est sympa.

Chloé (je ne me souvenais pas du prénom de l'héroïne, lorsqu'il est signifié au cours du tome 9, je me demandais qui était Chloé ! Tout cela pour dire que le roman est écrit à la première personne, du coup on oublie un peu son prénom...) Chloé donc, est une jeune championne d'escrime. Un soir, dans le gymnase de son lycée alors qu'elle s'entraîne seule, elle va assister à un combat entre un nouveau camarade de classe et un drôle de personnage armé d'une épée. Celui-ci va quasiment tuer Chloé lorsqu'elle va vouloir prêter main forte à Thomas. Ce dernier, pour lui sauver la vie, n'aura d'autre choix que de la faire "Chevalier" selon un rituel magique. Thomas est un Mage, et Chloé n'aura de cesse de le poursuivre pour avoir des réponses à toutes les questions qu'elle se pose à propos de son nouvel état et de son nouveau "job". Et cette quête obsessionnelle l'amènera à être mêlée aux événements de ce monde magique, car en bon Chevalier, elle se doit désormais de protéger Thomas et en ressent le besoin.

Le lecteur est emporté par l'histoire, même si l'action n'est pas toujours intense, le récit est rythmé, on ne reste pas une seconde sur le bord de la route, il n'y a pas de longueurs et l'ensemble est plaisant, mais quelques imperfections ne passent pas inaperçues, hélas...

De la simple faute d'orthographe (pour moi, dans un roman, c'est inexcusable) à la faute de français, (comme par exemple "avoir l'air maligne" au lieu de "avoir l'air malin" -c'est l'air qui est malin, non pas la fille- un écrivain se doit savoir cela),  de syntaxe ou de non emploi du conditionnel,  ce roman fut lourd à digérer à ce niveau, bien que la dernière partie du roman soit plus "digeste" de ce point de vue là. L'écriture est honnête mais sans plus, on ne peut pas parler de "belle plume", car sans manquer réellement de vocabulaire, le récit esquive toute envolée et toute magie littéraire. 

Ce roman est captivant mais sans vraiment d'originalité, malgré ce que la jolie couverture promettait... Par contre, il n'y a pas de temps mort, c'est pour cette raison que je suis allée au bout de ma lecture et qu'au final, je ne me suis pas ennuyée une seconde ! La narration avait bien quelque chose d'efficace malgré tout... 

L'étrange et singulière fin me laisse... dubitative. Bien sur, elle appelle très fort la suite, mais je suis tout de même restée avec une impression bizarre, saugrenue, presque dissonante, pas déplaisante pour autant, mais elle m'a un petit peu dérangée... Et pourtant le lecteur ne s'attend pas le moins du monde à cette fin de tome... Lirai-je la suite ? Je pense que oui, je veux savoir...

jeudi 2 novembre 2017

UN LIVRE, UN THE...


La Magie de Paris
Tome 1 :
Le Coeur et le Sabre
Olivier Gay
Editions Castelmore
Fantasy, YA

Ma lecture en cours...

Prochaine chronique à paraître sur ce blog et sur Babelio


samedi 28 octobre 2017

J'AI LU : LE PENSIONNAT DE MLLE GERALDINE - TOME 4


Le Pensionnat de Mlle Géraldine
Tome 4
Artifices et Arbaletes
Gail Carriger
Editions Orbit / J'Ai Lu
Fantasy Steampunk



C’est une chose d’apprendre à faire la révérence. C’en est une autre que de savoir faire la révérence en lançant un poignard. Bienvenue au pensionnat de Mlle Géraldine. Apprendre l’art de l’espionnage au sein de l’école volante de Mlle Géraldine est devenu fastidieux pour Sophronia, privée de la présence de Savon à ses côtés. Elle préférerait utiliser ses talents pour contrarier les plans des Vinaigriers, mais ses maints avertissements au sujet des lâches intentions de ces derniers sont encore et toujours ignorés et Sophronia ne sait plus à qui se fier. Quelles informations détient le bourru dewan de Sa Majesté ? Dans quel camp se place l’élégant vampire Lord Akeldama ? Une seule chose est certaine : un complot d’envergure se trame, et Sophronia doit se préparer à sauver ses amis, son école et Londres tout entier du désastre à venir - sans jamais se départir de son spectaculaire raffinement, bien évidemment. 
Découvrez le destin de notre jeune héroïne alors qu’elle met enfin en pratique ses années d’entraînement, dans ce quatrième et dernier volume du Pensionnat de Mlle Géraldine.


MON AVIS
(Sans Spoiler)

Snifff... Le dirigeable steampunk, si "so british", de Mademoiselle Géraldine et ses jeunes pensionnaires ne reviendra pas pour un 5e tome... Hélas, Gail Carriger termine là les études et aventures en espionnage de la jeune Sophronia Temminnick. J'ai adoré cette série très originale, très fraîche et addictive. Je me souviens avoir eu le même regret lors de la fin de la série du "Protectorat de l'Ombrelle" de la même autrice. Décidément...

Au début du livre, le lecteur découvre un plan du dirigeable-école, plan qui lui sera fort utile par la suite, cependant, ce plan aurait été le bienvenu dès le tome 1 de la série.

Après un début de roman pas très dynamique, il faut bien l'avouer, (pourtant tellement plaisant avec ce Noël londonien !) mais rempli de délicieuses mondanités et de fanfreluches, Sophronia prend les choses en main, et l'action revient en force. Ou plutôt devrai-je préciser : les Vinaigriers reprennent du service pour poursuivre leur sinistre but, et Sophronia riposte, elle le fait avec le panache qu'on lui connaissait déjà. 
Au second plan, tissée sur l'intrigue, se poursuit la romance entre Sophronia et Savon, nos deux amoureux sauront se montrer opiniâtres pour imposer leur choix de vie, en toute discrétion, en raison des "convenances" de la société de cette époque. 
Les événements et la mise en place des personnage préparent à la saga du Protectorat de l'Ombrelle (écrit avant cette série) où l'on retrouve quelques personnages dont l'incomparable dandy vampire, j'ai nommé l'élégant Lord Akeldama, mais encore Vieve Lefoux, ou Lord Maccon dont on susurre l'arrivée au BUR, et quelques autres.  
Action trépidante et palpitante, révélations, humour, sans oublier un retournement d'alliance tout à fait bienvenu, la fin des aventures de notre jeune "James Bond Girl" victorienne était magnifique et efficace. L'épilogue laisse le lecteur sous le charme... Je vais vraiment regretter ce dirigeable...

mercredi 25 octobre 2017

UN LIVRE, UN THE...


Le Pensionnat de Mademoiselle Géraldine
Tome 4 :
Artifices et Arbalettes
Gail Carriger
Le Livre de Poche / Orbit

mercredi 11 octobre 2017

J'AI LU : UN PAPE POUR L'APOCALYPSE


Un Pape Pour l'Apocalypse
Jean-Luc Marcastel
Editions Pygmalion
Thriller


À Aurillac, le capitaine Malo Sinclair s’ennuie... Il faut dire que Malo, jeune as prometteur de la police criminelle du quai des Orfèvres, avait tout pour monter vite et haut dans la hiérarchie… S’il n’avait eu la malheureuse idée de démolir le portrait d’un suspect, fils d’un ministre. Pour le protéger autant que pour le punir, son chef a décidé de le mettre "au vert". Et pour ce faire, quoi de mieux qu’Aurillac, préfecture du Cantal, où l’on compte plus de vaches que d’habitants ? Après deux ans, Malo est à la limite de la dépression. C’est alors qu’on l’appelle pour une affaire de vol sur le chantier de fouille de l’abbaye Saint-Géraud récemment mise à jour. Une tête mécanique, incroyable vestige, presqu’une légende urbaine, a disparu. Enfin une affaire qui sort de l’ordinaire ! Mais, quand les cadavres pleuvent, Malo ne peut se dire qu’une chose : il n’en demandait pas tant... Un polar ésotérique autour du personnage de Gerbert d’Aurillac, le sulfureux Pape de l’an Mil.


MON AVIS
(Sans Spoiler)

Dès la première phrase du prologue le lecteur est happé jusqu'au dernier mot de l'ultime chapitre. Que dire ? Que ce roman est une pépite, une perle du genre, et même d'avantage, serait lui rendre seulement la moitié de l'hommage qui lui est dû. Une bonne dose d'humour, du suspens, un sens du mystère qui tient le lecteur en haleine, je suis ravie quand un roman m'emporte avec une telle maestria, une telle puissance, une telle intensité.

Il y a des auteurs "valeur sûre" dont on sait que l'on va aimer l'oeuvre, à plus ou moins de degrés d'intensité, mais on va aimer... Jean-Luc Marcastel fait partie de ces artistes-là. Mais je place ce roman quasiment en tête de sa production, à la même hauteur que Frankia, Les Enfants d'Erébus, la Saga de Louis le Galoup, elle-même ex-eaquo avec le Simulacre, romans qui tiennent le podium de tête dans "mon classement".

"Un Pape pour l'Apocalypse" est un roman extrêmement bien pensé, bien construit, et bien écrit, la plume de l'auteur s'en donne à coeur joie pour le plus grand plaisir du lecteur. L'auteur s'est basé sur plusieurs détails historiques de la vie du pape Gerbert, souverain pontife de l'An Mil sous le nom de Sylvestre II, mathématicien, alchimiste à ses heures, expert en bien d'autres domaines mais surtout célébrité cantalienne... Un mot sur la couverture car elle aussi a été savamment bien conçue, de plus, elle est très belle.

Notre héros se nomme Malo Sinclair, ancien policier du 36 Quai des Orfèvres, depuis trois ans débarqué à Aurillac, préfecture du département du Cantal, ville nichée au sud de l'Auvergne, pour avoir refait le portrait d'un sinistre violeur, hélas fils de ministre... Malo a fait ce que tout le monde aurait eu envie de faire, mais cet acte devait se payer par une expatriation avec le grade de capitaine... Notre flic parisien s'ennuie donc à Aurillac, ville bi-millénaire et berceau du pape Gerbert...  C'est à ce moment là que l'on vient lui annoncer la disparition d'une tête en or fabriquée par Gerbert lui-même, tête découverte peu de temps auparavant dans les fouilles souterraines de l'abbaye où le pape avait vécu. A partir de ce moment vont s'enchaîner différents mystères et découvertes de cadavres liés à cette fameuse tête d'automate, elle-même attachée aux légendes qui émaillent la vie de Gerbert.

Plusieurs protagonistes vont venir soit épauler, soit contrecarrer les plans de notre ami Malo, dont son attachant "second", le dénommé Albert, rugbyman amateur de bonne chère et de gourmandises typiquement aurillacoises, et surtout fier d'être Cantalou, comme tout Cantalou est fier de l'être ! Albert, dont l'authenticité et la maladresse prêtent parfois à sourire, se révèle efficace et parfois touchant.
Nous rencontrerons également au fil de l'histoire, ses amis Karl et Fred, (accessoirement préfet du Cantal, ce dernier est une relation utile pour obtenir quelques passe-droits et facilités dans une enquête, mais il ne sera pas le seul à aider notre héros grâce à sa fonction). Sans oublier la sculpturale et corrosive mademoiselle Mignon, elle viendra se greffer à l'enquête afin d'apporter ses lumières de spécialiste en décodage de carnet secret ayant appartenu au pape Gerbert. Mais l'histoire fera voyager nos héros, bien loin d'Aurillac... 

Voilà, le décor est planté, et j'arrête là cette mise en bouche, je ne tiens absolument pas à dévoiler ne serait-ce qu'une once de plus de ce roman, afin de laisser au futur lecteur tout le plaisir que j'ai eu à lire ce thriller ésotérique. Car croyez moi, dès qu'on ouvre le livre, on ne le lâche plus ! A partir de quelques faits historiques et quelques légendes autour du pape Gerbert, l'auteur nous emmène là où il veut...

Si je puis me permettre de formuler un souhait à travers ma chronique, ce serait que l'auteur nous régale encore de ce genre de roman historico-ésotérique, celui-ci est son premier thriller, j'espère qu'il signera d'autres ouvrages dans ce registre, avec le même panache ! 

mercredi 13 septembre 2017

J'AI LU : TELLUCIDAR TOME 2


Tellucidar 
Tome 2
Jean-Luc Marcastel
Editions Scrinéo
Fantasy Jeunesse


Un autre monde, sous vos pas, au coeur de la Terre. Un monde inversé, où l'horizon monte au lieu de descendre, où des peuples humains disparus cohabitent avec les descendants des grands reptiles de jadis. Mais ce monde est en danger. La Tellcorp, une multinationale que rien n'arrête, l'a découvert. Elle réduit ses peuples en esclavage à l'aide de mercenaires et de terrifiantes machines de combat. Lucas, Patrick, Charles, Korè Attawhakan, et Kshaann, leur compagnon dinosaurien, doivent retrouver les rebelles pour contrer les desseins du sinistre cartel. Mais entre les prédateurs géants, les plantes carnivores et les drones de la Tellcorp, la jungle de Tellucidar recèle bien des dangers... Et Michaël Kirov, l'impitoyable chef de la sécurité de la compagnie, s'apprête à frapper. La dernière bataille va commencer...

MON AVIS
(Sans Spoiler)


Un tome 2 tout aussi dense mais un tout petit peu moins intense que le premier tome, avec cependant moult rebondissements, une fin extraordinaire et une richesse d'univers absolument fantastique. 
La civilisation de Tellucidar s'inspire à la fois de celles précolombienne et grecque, avec un beau détour du coté de l'Atlantide, (certains détails m'ont fait penser à l'album BD d'Edgar-Pierre Jacobs "L'Enigme de l'Atlantide", notamment à cause de l'orichalque qui était LE métal des Atlantes) elle nous entraîne dans un voyage au coeur d'un monde à la végétation luxuriante superbement retranscrit et peuplé par une faune préhistorique. 
Mais à ce sujet, la plume alerte de l'auteur ne déçoit jamais le lecteur. 
A noter : un lexique extraordinaire nous immerge efficacement dans cet univers souterrain.

La tâche est ardue pour nos héros et l'auteur ne leur a rien épargné ! Âpre est le combat  pour parvenir à sauver Tellucidar.

L'intrigue est suffisamment étoffée pour que le lecteur soit totalement emporté par l'histoire. On se doute que les choses vont s'éclaircir pour Lucas et Korè, je n'en dis pas plus pour ne pas spoiler l'histoire, car ce dénouement reste une belle surprise. 
Lucas se montre très vite héroïque grâce à une "qualité" inopinée, mais c'est surtout son évolution vers la maturité qui offre de la profondeur au récit (si l'on fait abstraction de ses hormones en ébullition permanente...) car si Lucas a du chemin à faire sur ce plan, (à 19 ans, il se comporte encore comme un jeune ado) lors de son arrivée en Tellucidar, il relève parfaitement le défi à la fin du roman.

Les femmes sont motif de querelles et de haine dans ce tome 2... Il faut sauver 2 mondes des affres de l'appât du gain, le nôtre et Tellucidar, mais le thème de la romance reste récurent sur bien des sujets. Mais finalement, l'amour est le vrai moteur du monde, quand ce n'est pas l'argent, et dans "Tellucidar" l'auteur parvient à un bon roman en mêlant les deux.

Un petit bémol cependant... Il y a plus de dinosauroïdes que de femmes à Panshir !  Korè est l'unique femme du roman, (on parle de sa mère, de la mère de Lucas et de celle de Charles, mais les trois sont décédées au moment du récit) ce n'est pas vraiment ennuyeux mais Tellucidar reste décidément très masculin... 
Korè est une jeune princesse de 15 ans sur qui Tellucidar s'appuie pour faire une alliance afin de sauver ce monde des griffes de la Tellcorp. On sait la jeune fille responsable et combative mais elle est bien seule... Son père n'est guère chaleureux avec elle, (et encore moins avec Lucas). Peut-être quelques contraintes éditoriales ont-elles privé le lecteur d'une plongée plus introspective en Tellucidar et, à fortiori, s'en est-il suivi d'une suppression de potentiels personnages féminins qui auraient pu réchauffer le coeur et soutenir le moral de la princesse... 

J'ai beaucoup aimé la construction de la fin du récit, et la suite supposée, dont le lecteur ne pourra se délecter puisque Tellucidar est une duologie. Mais j'ai adoré ! Idem pour le clin d'oeil de la part de Jean-Mathias Xavier, l'illustrateur. Celui-ci a croqué les traits de l'auteur pour immortaliser Simon Aleyrac, le journaliste narrateur de cette histoire. Juste parfait ! 

dimanche 27 août 2017

J'AI LU : LE PROJET STARPOINT TOME 1


Le Projet Starpoint
Tome 1 :
La Fille aux Cheveux Rouges
Marie-Lorna Vaconsin
Editions La Belle Colère
Science Fiction, YA



Pythagore Luchon a 15 ans. Il habite dans la ville de Loiret-en-Retz et s’apprête à entrer en seconde pour une année scolaire sans surprise : travailler – un peu –, écouter de la musique – souvent –, draguer les filles autant que cela lui sera possible, et notamment à l’occasion de la prochaine fête de rentrée pendant laquelle il officiera comme DJ. Il ne se fait aucune illusion sur les railleries qu’il devra endurer au sujet de sa mère – prof de maths au lycée –, ni sur la peine que lui causeront ses passages à l’hôpital pour rendre visite à son père – brillant chercheur en physique quantique, plongé dans le coma à la suite d’une agression. Toutefois, une chose le réjouit : il va bientôt retrouver Louise, sa meilleure amie, la fille du gardien du lycée. Le jour de la rentrée, Pythagore découvre que Louise a apparemment décidé de se passer de leur amitié. Elle s’est liée à une nouvelle élève du nom de Foresta Erivan, dont la présence à ses côtés est d’autant plus intrigante que les deux filles n’ont rien en commun. Louise est une geek passionnée de sciences et d’ingénierie, tandis que la nouvelle élève affiche un look d’un autre genre : elle a les cheveux rouges, s’habille toujours en noir, souvent en cuir, et distribue des gifles à ceux dont elle n’apprécie pas le comportement. À son contact, Louise s’isole de ses anciens amis, se désintéresse de son travail et commence à sécher les cours. Pythagore déplore silencieusement la présence de cette nouvelle élève qui l’irrite autant qu’elle l’attire, jusqu’à ce qu’elle débarque chez lui en pleine nuit pour lui annoncer la disparition de Louise. Elle lui explique que, pour la retrouver, ils doivent passer par ce qu’elle appelle l’« angle mort » des miroirs. Pyth la suit sans se douter qu’il est sur le point de basculer dans un monde parallèle - le monde dans lequel Foresta a grandi, et où Louise est sur le point de se perdre. 


MON AVIS
(sans spoilers)

Quelle surprise que ce roman ! Une étonnante surprise... malgré un univers lycéen quasi permanent et les préoccupations des ados de 15 ans, (régulièrement, le lecteur est en immersion totale dans une classe...) ce roman reste une belle découverte. Surprenant, dépaysant, particulier, ce récit de science fiction rappelle un petit peu l'univers de Philippe Pullman. En tout cas, l'imagination de l'auteure fourmille d'originalité et de poésie. 

Certes le passage d'un monde à l'autre, d'une dimension à une autre, n'est pas nouveau, mais là, de la jolie manière dont ce crée ce passage, avec le mystère d'une intrigue bien écrite, à défaut d'être très bien ficelée car certains événements sont prévisibles (elle est tout de même suffisamment intéressante et les rebondissements ne manquent pas), le lecteur se laisse surprendre et emporter par le récit. 
Les actions se situent dans les deux mondes, on va et on vient, le rythme est soutenu, on ne perd pas une miette de l'intérêt pour histoire.

La plume est alerte, maîtrisée, le roman est écrit au présent, ce que je n'aime pas d'habitude, mais je ne m'en suis pas rendue compte tout de suite, ce qui implique le réel talent de l'auteure.
J'ai aimé les personnages, les trois principaux héros sont attachants, surtout Pythagore.

Par contre, je n'aime pas beaucoup la couverture, semblable au style des romans fin XIXe siècle et début du XXe, je ne suis vraiment pas fan, l'oeuvre méritait mieux. On a même du mal à lire la 4e de couverture tant l'écriture est serrée et minuscule et les couleurs (beige sur fond rouge) ne sont pas assez contrastées pour rendre le texte lisible. Vu que je n'ai pas pu lire cette mise en bouche, le roman a été une réelle belle surprise.

En bref : Le Projet Starpoint est un petit régal ! 
PS : Méfiez vous des des angles morts...lol

mardi 8 août 2017

J'AI LU : LA PASSE-MIROIR TOME 3 - LA MEMOIRE DE BABEL


La Passe-Miroir
Tome 3 : 
La Mémoire de Babel
Christelle Dabos
Tome 1 : 
Les fiancés de l'Hiver 
Tome 2 : 
Les disparus du Clairdelune 
Editions Gallimard Jeunesse
Fantasy

Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui, il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?


MON AVIS

(Sans spoiler)


Nous retrouvons Ophélie sur Anima, son Arche natale, deux ans et sept mois après la dramatique fin du tome 2. Elle se morfond sans nouvelles de Thorn, épiée par les suppôts de Dieu. C'est là qu'Archibald débarque et lui ouvre les portes de l'exubérante Babel, Arche où elle serait susceptible de rejoindre Thorn. 

Mais à Babel où règnent deux Esprits de Famille, Hélène et Pollux, Ophélie est seule dans un décor qui oscille entre désert aride et luxuriante jungle et où la température qui y règne est beaucoup trop chaude... Ophélie se retrouve encore et toujours dans une société dangereuse, mais cette fois-ci rigide, censurée, codifiée et quasi totalitaire, où l'art du paraître est primordial et ostentatoire. Société où elle doit se fondre dans le moule et qui ne lui fait aucun cadeau. En même temps que notre héroïne, le lecteur doit faire le tri, et ce n'est guère évident, entre nouveaux alliés et nouveaux ennemis. 

Mis à part la canicule ambiante et ce côté orientalisé de Babel que je n'ai pas aimé, j'ai été très heureuse de retrouver Ophélie et son extraordinaire univers, si foisonnant que le lecteur est totalement transporté et habité par l'histoire.

La progression du récit ralentit un peu au centre du livre (peut-être parce que les mystères s'épaississent encore...) mais la fin, où tout s'accélère, est riche en rebondissements, surprises et révélations. Du pur Christelle Dabos dont la plume élégante, précise et imaginative, tellement visuelle, nous gratifie de mille et un détails !

Juste un tout petit bémol : Ophélie est encore un souffre douleur en détresse, injustices peut-être un peu trop éculées pour un tome 3, là ça suffit, la prochaine fois, rebiffe toi Ophélie ! Mais c'est aussi ce qui rend notre héroïne touchante... 
J'ai été totalement emportée, séduite, fascinée, éblouie par ce tome 3 !  ❤️ L'étincelle est toujours là et ne risque pas de s'éteindre au vu de l'intensité du roman.
Quand on sait que l'on doit attendre plus d'un an pour lire le tome 4, c'est un supplice ! 

mercredi 21 juin 2017

J'AI LU : SIX OF CROWS


Six Of Crows
Tome 1
Auteure : Leigh Bardugo
Editions Milan
Fantasy, YA

Ketterdam – Quartier du Barrel : une ville grouillante de malfrats où tout s’achète si on y met le prix. Ce principe, personne ne l’a fait autant sien que Kaz Brekker, dit "Les Mains Sales". Quand le voleur se voit offrir une mission impossible mais qui le rendra riche, il réunit son équipe : un soldat assoiffé de vengeance, un tireur d’élite accro au jeu, un jeune fugueur des beaux quartiers, une espionne défiant les lois de la gravité, et une Grisha aux puissants pouvoirs magiques. Six dangereux hors-la-loi seuls capables de sauver le monde – s’ils ne s’entretuent pas avant…



MON AVIS


L'univers de ce roman est sombre mais riche, original et extrêmement bien planté et travaillé. Les consonances nordiques de cet univers et des langues m'a beaucoup plu. Le roman suit 6 personnages et leurs histoires, chacun de ces six protagonistes, tous hors la loi ou criminels malmenés par la vie, s'est retrouvé à Ketterdam pour différentes raisons. Le destin les réunit pour organiser l'évasion du savant Bo Yul-Bayul, emprisonné au Palais de Glace, une forteresse infranchissable. Ce savant a conçu une drogue permettant de gagner la guerre entre Kerch et Fjerda. Une mission hautement à risques, quasi impossible, mais s'ils réussissent, ils seront riches.

Le lecteur fait donc la connaissance de Kaz Brekker, jeune voyou surdoué et chef de cette entreprise, de Nina, une grisha, guérisseuse capable de modifier son apparence, d'Inej, de Wylan, de Jasper et de Matthias. Deux filles et quatre garçons, voici les Six of Crows...  


L'histoire compte 6 parties. Au cours du récit, on apprend à connaitre les principaux personnages. Car l'auteure ne nous dit pas tout dès le début, il faut creuser pour découvrir...Kaz, Inej, Nina, Jesper, Matthias et Wylan, leurs histoires, leurs liens, leurs passés et leurs espoirs, leurs personnalités -parfois à plusieurs facettes- et leurs secrets.... 

L'intrigue est bien cousue et l'auteur prend le temps de décortiquer la psychologie de chaque héros, son histoire, ses travers et ses qualités. Le lecteur s'attache petit à petit aux Six of Crows malgré la noirceur notoire du roman et l'éthique, par moment très discutable, de ces personnages.

De temps à autre, dans les "flash-back" de certains personnages, comme Kaz par exemple, je me suis un peu ennuyée car l'action et le suspens ralentissaient. De toute façon, l'intrigue reste lente, réussie, mais lente, malgré les rebondissements et les révélations.

Le roman est intéressant car l'univers, le décor sont incroyablement bien pensés et bien construits, mais certaines scènes sont brutales. Nos héros sont des "durs à cuire". Juste un bémol : quand je saute des passages comme ce fut la cas lors de cette lecture, cela signifie qu'elle ne m'a pas totalement emportée bien que la fin de ce tome recelait des surprises...  
Je lirai surement le tome 2, mais pas tout de suite...
En résumé : lecture en demi-teinte mais avis positif.

Certaines fois, on imagine bien un roman devenir une série, Six of Crows fait partie de ces romans-là. Peut-être est-ce dû à l'excellente qualité de l'écriture, mais pas seulement...

Dans le cas où le lecteur ne connait pas la trilogie Grisha, de la même auteure, parue avant celle-ci, cela ne gène en rien la lecture ni la compréhension de l'univers des grishas, justement.

lundi 5 juin 2017

J'AI LU : LE PENSIONNAT DE Mlle GERALDINE - TOME 3


Le Pensionnat de Mademoiselle Géraldine
Tome 3
Jupons et Poisons
Gail Carriger
Editions Orbit - J'ai Lu
Fantasy, Steampunk



Toujours élégante, Sophronia continue sa deuxième année au pensionnat – avec un éventail à lames d’acier dissimulé dans les plis de sa robe de bal, bien évidemment. Une arme tendance et fort à propos, puisque la jeune espionne, sa meilleure amie Dimity, l’adorable soutier Savon et le charmant Lord Felix Mersey montent clandestinement dans un train en direction de l’Écosse pour ramener leur camarade de classe Sidheag à sa meute de loups-garous. Personne ne se doute de ce qu’ils vont trouver – ou qui – à bord de ce train étrangement vide. Alors que Sophronia met à jour un complot susceptible de plonger Londres tout entière dans le chaos, elle va aussi devoir décider une bonne fois pour toutes vers qui va sa loyauté. 
Rassemblez vos poisons, affûtez vos plumes d’oie et rejoignez les jeunes et gracieuses machines à tuer du pensionnat de Mlle Géraldine dans ce troisième volume passionnant offert par l’auteur steampunk à succès Gail Carriger.


MON AVIS : 

Je ne le dirai jamais assez : cette série est un vrai bonbon ! Si le rythme de cet "épisode" est un peu plus lent au début, il va crescendo, au rythme de la locomotive volée par Sophronia et ses amis, entre suspens et humour, vers le dénouement riche en émotions d'une intrigue toujours aussi bien ficelée par l'auteure. J'aime toujours autant le sens de la répartie de notre héroïne ! Encore un tome rafraîchissant, plein de fantaisie (de Fantasy aussi) et d'originalité.

Sophronia a maintenant 16 ans, elle est l'une des meilleures élèves du Pensionnat de Mademoiselle Géraldine (cet étonnant dirigeable-école d'espionnage qui vogue au dessus de l'Angleterre Victorienne). Elle a décidé d'aider son amie Sidheag dans une situation complexe (voici l'affaire Kingair déjà décrite dans le Protectorat de l'Ombrelle).  
Et dans ces cas-là, Sophronia peut compter sur ses proches amis, fidèles au poste. Après un bal au cours duquel il arrive un événement bien étrange dans la maison de ses parents, les voici en route pour l'Ecosse après avoir volé un canot (qui vole bien sur !). 
Une escapade totalement rocambolesque, pendant laquelle, nos héros embarqués dans un train où ils voyagent clandestinement, vont mettre le doigt sur une seconde énigme, en lien avec le fil rouge de cette saga.

Et dans ce tome 3, notre héroïne va totalement baigner dans un triangle amoureux... On s'en doutait un petit peu, après la fin du tome 2, mais là, les choses se confirment... Même si l'intrigue ne s'appuie pas sur grand chose, la plume de l'auteure, fort alerte et distrayante, sait nous tenir en haleine. Il parait que le tome 4 sera, hélas, le dernier de cette série qui sent bon le thé et les petits gâteaux à l'anglaise...
J'adore ! 

dimanche 14 mai 2017

J'AI LU : LE ROYAUME DE MESSIDOR - TOME 1


Le Royaume de Messidor
Tome 1 : Derrière le Livre
Eunice D.M. 
Illustration de Couverture :
Alexandra V. Bach
Editions Rebelle
Fantasy Jeunesse


Un voyage en Écosse qui tourne au cauchemar. 
Un étrange livre. 
Un majestueux aigle noir. 
Et deux adolescents à la vie tout à fait normale. 
D’un côté, Thomas qui vit en France et, de l’autre, Anaël qui réside au royaume de Messidor. 
Leur rencontre était improbable, mais le destin en a décidé autrement !


MON AVIS


Roman Fantasy aux ingrédients très "jeunesse" mais aux descriptions néanmoins précises. La plume n'est hélas pas à la hauteur de l'univers et des prétentions de ce roman, la narration est lourde et maladroite, elle manque de pep's et surtout de charme, quel dommage ! J'aurais pu être embarquée dans la course folle, j'ai juste été me promener au ralenti.

Le lecteur fait la connaissance de Thomas, enfant adopté par une directrice d'école, à qui son oncle, qu'il ne connait pas encore, a offert un billet d'avion pour venir le rencontrer en Ecosse. 
Le voyage ne se passe pas comme prévu et Thomas se retrouve engagé dans une mission dans laquelle il doit aider Anaël, un fils de forgeron qui souhaite devenir chevalier. Cet autre adolescent vit au royaume de Messidor, ainsi que Shania, la fille d'un comte et Bizouille le lutin. On rencontrera plus tard un elfe qui les guidera de manière très protectrice et efficace. Les deux futurs amis communiqueront par télépathie et seront contraints de se faire confiance. La mayonnaise prendra et l'équipée sera héroïque.

Mais je ne me suis pas attachée aux personnages... Tant de choses m'ont gênée dans la narration...  Des descriptions scolaires, une rédaction plate, malhabile. Par exemple, dans un roman fantasy, au lieu de parler d'une altitude de 1700 m à propos d'une montagne, on préfère évoquer les hauteurs vertigineuses et la brume autour les sommets, cela donne une idée de la dimension, mais citer le chiffre d'altitude fait brochure touristique...  
C'est ainsi (et entre autres exemples de la lourdeur du style) que je suis restée sur le bord de la route qui aurait pu m'emmener au coeur de Messidor... 
A part cela, et ce n'est pas un détail, tous les ingrédients y étaient, l'univers fantasy dans la forêt des elfes, l'initiation, la quête, l'originalité du roman, (l'un des héros est transformé en majestueux animal pour se présenter à l'autre) et la surprise finale. Sans oublier le rébus à déchiffrer dans l'épilogue... Lien vers le tome 2.

lundi 17 avril 2017

J'AI LU : L'AUBERGE ENTRE LES MONDES - TOME 1


L'Auberge entre les Mondes
Tome 1 : 
Péril en Cuisine
Jean-Luc Marcastel
Editions Flammarion Jeunesse
Fantasy



Nathan est apprenti cuisinier dans une auberge réputée pour ses bonnes recettes. Avec son ami Félix, il sent très vite que cet endroit regorge de mystères. Les murs bougent, des créatures inquiétantes semblent vivre tapies dans l'ombre ; et il y a cette force qu'il ressent au plus profond de lui... Alors que les mondes s'affrontent, Nathan est le seul à pouvoir réconcilier les hommes et apaiser les conflits.


MON AVIS

D'emblée, le lecteur est happé par le souffle merveilleux de la plume de l'auteur, celle-ci toujours aussi élégante, par l'univers et par le récit, palpitant dès les premières pages. Je ne parlerai pas beaucoup des héros, je ne voudrais pas gâcher au futur lecteur, les surprises que j'ai eu en me laissant porter par l'histoire. Ce serait vraiment dommage. 
Donc surtout pas de spoil ! 
(Et pour encore moins de spoil, ne surtout pas regarder la 3e de couverture, à l'intérieur du livre, afin de ne pas découvrir trop vite les illustrations de 4 personnages avant la lecture, par contre, le lecteur peut étancher sa curiosité sur la 2e de couverture où figurent les 3 héros...) 

En gros, ce roman c'est Harry Potter en cuisine... La sauce prend dès le début, et ne retombe pas ! On fait la connaissance de Nathan et de Félix, deux ados orphelins et amis d'enfance. Ils sont déjà dans le train pour rejoindre leur lieu de job d'été, l'Auberge des Montagnes, en plein coeur du Cantal. Cette auberge est celle de monsieur Raymond, un de leurs professeurs de cuisine dans leur école hôtelière toulousaine. 
Dès le soir de leur arrivée, les choses vont tout de suite s'enchaîner d'une manière terrifiante, à tel point que Nathan va croire avoir eu de sévères hallucinations lors de son réveil le lendemain. Mais ces hallucinations vont aller crescendo, jusqu'à ce qu'il découvre enfin quel est cet endroit bizarre, pourquoi il est là et ce qui repose sur ses épaules...

La seconde partie du roman parait plus "jeunesse" que la première, avec une exploration dans d'étranges galeries. Mais la fin nous laisse dans une impatiente attente de la suite.

Encore une pépite de la part de l'auteur, pour nous régaler...

A la fin de ce roman, on enchaîne avec de savoureuses recettes de cuisine cantalienne, "racontées" par 2 protagonistes de l'histoire, un peu à la manière de celles qui figurent à la suite des romans de la saga Louis le Galoup du même auteur. De quoi réjouir les papilles du lecteur en attendant la lecture du tome 2...

dimanche 9 avril 2017

J'AI LU : A COMME ASSOCIATION - TOME 2


A comme Association
Tome 2 : 
Les Limites Obscures de la Magie
Pierre Bottero
Editions Folio Junior
Fantasy Jeunesse


Ombe, est lycéenne à Paris et adore la moto. Elle a aussi l'incroyable pouvoir d'être incassable ou presque. C'est pourquoi L'Association l'a recrutée comme agent stagiaire. Une stagiaire de choc, qui fait des débuts remarqués en explosant une bande de gobelins devant tous ses camarades de classe. Le problème ? La discrétion est une obligation absolue au sein de L'Association, comme le lui rappelle Walter, son directeur. Et à force de foncer tête baissée, Ombe l'incassable risque fort de comprendre ce que "ou presque" veut dire 


MON AVIS : 


Si le tome 1 m'avait enthousiasmée lors de sa découverte, le tome 2, quant à lui, ne m'a pas emportée dans sa magie promise, alors que je m'attendais à un épisode tout aussi bien tricoté. 
Bien sur, on suit la plume de Pierre Bottero, (auteur des séries Ewilan et Ellana que j'avais adorées) donc le roman se laisse parcourir sans déplaisir malgré certaines expressions un peu trop "djeuns" (surtout dans le langage de l'héroïne), comme un tout petit parfum de bit lit, ce qui nuit pour moi à une belle prose, et puis il reste très "jeunesse" alors que le tome 1, récit d'Erik Lhomme, était plus intéressant pour un lecteur adulte.

Cette fois-ci, on suit Ombe Duchemin, 18 ans et motarde, paranormale elle aussi, stagiaire à l'Association, la société secrète garante de la paix entre paranormaux, anormaux et humains. Ombe est un peu plus mature que Jasper (héros du tome 1) d'un côté, mais tout aussi maladroite et surtout moins bien élevée, sans oublier son ego surdimensionné. L'innocence et la modestie de Jasper charmaient, mais le coté suffisant d'Ombe irrite et enlève toute sympathie envers ce personnage effronté. 

Notre héroïne croit tout savoir et tombe, bien sur, sur un os pour résoudre sa première enquête. Sa deuxième tentative se révèle nettement plus efficace, contre un ennemi retors et malin, mais Ombe manque terriblement de panache. 
Tout est fait pour nous faire penser à un semblant d'héroïne bit lit, y compris lorsqu'elle pilote sa Kawasaki à 300 à l'heure, sur le Périph parisien, hum... pilote aussi chevronné à 18 ans... Oui pourquoi pas... Elle sait presque tout faire cette fille, mais elle n'a aucun savoir-vivre, aucunes manières, aucune éducation, aucun chic, bref sans intérêt. 
Ombe
Signe particulier : incassable. 
Aime : sa moto, tabasser les gros monstres, qu'on lui fiche la paix !
Mission : faire l'effet d'une bombe sur les trolls et les gobelins. 
Voilà à peu près le ton de la demoiselle...

Les événements s'enchaînent d'une manière prévisible dans ce roman, beaucoup trop pour que les effets de surprise puissent passionner le lecteur de plus de 11 ans. Malgré tout,  il y a ce mystère de l'homme à la moto, qui trouvera certainement son dénouement dans un prochain tome car on reste sur notre faim en ce qui concerne ce détail final.