lundi 11 juin 2018

J'AI LU : LES CHRONIQUES DE PULPILLAC TOME 2


Les Chroniques de Pulpillac
Tome 2
La Nuit des Ponotes Hématophages
Jean-Luc Marcastel
Editions Lynks
Fantastique Jeunesse
à partir de 9 ans


Salut , moi c'est Aurélien. Je suis en sixième au collège de Pulpillac, une petite ville tranquille… Enfin, en apparence. J'adore raconter des histoires. J'écris et je dessine sur des carnets. Je les appelle : Les Chroniques de Pulpillac. 
Que tous les rats disparaissent des égouts de Pulpillac, ça ne dérangeait personne. Quand on a retrouvé des chats et chiens secs et raides comme des bouts de bois, c'était plus embêtant. Quelque chose rôde sous Pulpillac, quelque chose qui aime le sang et qui ne s'arrêtera pas là… On doit mener l'enquête… 

MON AVIS
(sans spoiler)

Si j'avais trouvé le tome 1 sympathique, j'ai vraiment adoré ce tome 2 ! Je l'ai lu à la vitesse de la lumière, façon de parler, car si l'action est rapide, et les événements aussi, j'ai bien aimé parcourir Pulpillac à travers les aventures de ces jeunes héros. Pulpillac alias... Aurillac, la ville de l'auteur, où j'ai également le plaisir de vivre. Donc, on peut suivre les héros à travers la cité, du sud au nord, mais si l'on n'habite pas Pulpillac, il n'y a aucun souci, on suit très bien aussi ! 

Toujours un message en filigrane, à propos des excès d'une célèbre multinationale, déjà sur la sellette dans le tome 1. Cette fois ci, nous aurons affaire à des ponotes hématophages, je ne vous dirai pas ce que sont les ponotes, vous le découvrirez en lisant les aventures d'Aurélien et de ses amis embarqués dans un nouveau mystère écologique qui pointe du doigt l'éthique de cette fameuse multinationale. 

Bien sur, l'histoire a un coté fantastique mais j'aime bien le coté "pan sur la tête à Jean", cela remet les idées en place, oui nous vivons dans un monde bien bizarre, et nous n'avons aucune idée de tout ce qui se passe en dessous et par derrière, tout ce que l'on ne sait pas, nous les consommateurs pas toujours éclairés.

Et l'histoire est captivante à souhait, on ne s'ennuie pas une minute.

Très joli travail de couverture, malgré tout fragile, car il faut faire attention à ne pas abîmer les découpes. Les illustrations intérieures sont signées Jean-Mathias Xavier, on ne le présente plus.
Quant à la plume, c'est Jean-Luc Marcastel, moralité : roman extrêmement bien tricoté et efficacement écrit. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire