vendredi 26 octobre 2018

COUP DE COEUR !


Romanesque 
La Folle Aventure de la Langue Française
Lorànt Deutch
Editions Michel Lafon


Après Paris et les routes de France, Lorànt Deutsch aborde un sujet passionnant où son talent de conteur fait merveille ! Plein feux sur le "roman", la langue romaine issue du latin de Jules César, enrichie et transformée au fil des invasions et de nos propres conquêtes, avec le germanique (les Francs) le nordique (les Vikings) l'arabe (les Croisades) l'italien (à la Renaissance)... avant de devenir le français triomphant dans toutes les cours de l'Europe grâce à nos philosophes du XVIIIe siècle, et celui avec lequel on communique aujourd'hui.

J'ai commencé à le lire, car je ne résiste jamais à un ouvrage de Lorànt Deutch, et croyez moi, il est aussi passionnant qu'un polar ! 

Extraits : 

Dès lors, notre langue gallo-romaine va se trouver au contact d'influences bariolées : ces nouveaux arrivants vont faire éclater le latin en plusieurs dialectes dont les influences sont parfois encore sensibles aujourd'hui. Et voilà la Gaule éparpillée façon puzzle... 

 .../... 

 Et les Francs alors ? Que deviennent-ils ? Evidemment parmi les Germains, ce sont eux qui vont avoir le plus grand ascendant sur le pays et la plus forte influence sur la future langue française. On l'a vu, ils étaient déjà présent en Gaule au IIIe siècle, certains s'étaient même sédentarisés, engagés par les Romains pour surveiller les frontières... Cette fois, ils reviennent en force et s'installent au nord de la Loire. Leurs vagues successives font peu à peu les imposer militairement partout, ils vont vaincre les derniers Romains, puis leurs confrères envahisseurs Alamans, Burgondes, Wisigoths. Ils vont progressivement unifier le pays et adopter le latin pour les mêmes raisons que les Gaulois vaincus qui, quatre siècles plus tôt, s'étaient eux-mêmes mis à la langue des Romains : le pouvoir, le commerce, la religion. L'histoire se répète, mais avec d'autres protagonistes.

dimanche 21 octobre 2018

J'AI LU : TERRE DE BRUME - TOME 1


Terre de Brume
Tome 1 :
Le Sanctuaire des Dieux
Cindy Van Wilder
Editions Rageot
Fantastique YA

Depuis le Bouleversement, cataclysme qui a recouvert son monde d’une brume toxique en ne laissant que de rares survivants, Héra vit à Taho dans le Sanctuaire des Prêtres de l'eau, où elle apprend à maîtriser la magie pour devenir guerrière. Au cours d'une mission, elle rencontre Intissar, une Sœur de Feu capable de communiquer avec les esprits. Intissar a bravé sa propre communauté pour venir avertir les habitants de Taho d’un terrible danger. Mais il est déjà trop tard : une vague de Brume, peuplée de créatures ni mortes ni vivantes, s'est levée... et frappe le Sanctuaire. Et elle frappera encore. Héra et Intissar s’allient afin d’empêcher leur monde de sombrer dans l’oubli.


MON AVIS
(Sans Spoiler)


Merci à Babelio et aux Editions Rageot grâce à qui j'ai eu la chance et le plaisir de lire cet ouvrage avant sa sortie officielle.
Si je n'étais pas du tout entrée dans le monde des Outrepasseurs, de la même autrice, roman que j'avais trouvé violent et dans lequel je m'étais terriblement ennuyée, ici, dès la première page, j'ai été happée par la Brume, et celle-ci ne m'a pas lâchée jusqu'au dernier mot de l'ultime phrase de ce premier tome.

Déjà, avant d'ouvrir le livre, la beauté de la couverture nous emmène ailleurs, l'illustration est délicate et raffinée, et dès les premières phrases, on entre tout de suite dans l'histoire, sans temps mort, la plume de Cindy Van Wilder est experte et efficace.

L'univers mythologique de Terre de Brume est intense, surprenant, quasi enivrant car le lecteur est curieux d'aller plus loin. Les chapitres se succèdent selon deux différents points de vue : celui de Héra, et celui d'Intissar.

Une mystérieuse Brume a envahi la Terre, les peuples ont dû s'organiser pour survivre à ce cataclysme qui a supprimé le vent, l'eau, les poissons, les forêts... Seuls des sanctuaires dédiés à la magie des éléments demeurent à flan d'anciennes cimes, îlots dans l'immensité blanche, ils sont devenus de vraies villes, mais les discriminations, les croyances opposées, font que personne ne communique, personne se mélange.
Un petit bémol cependant, rien n'est expliqué sur la manière dont les peuples subsistent, il n'y a aucune explication sur ce qui remplace l'eau et comment on se nourrit... 

Nous suivons deux héroïnes, deux magiciennes, l'une, Héra, adepte de la magie de l'Eau et la seconde, Intissar, dite Inti, affiliée à la magie du Feu.
Héra, dont la mère prêtresse décéda le jour de l'arrivée de la Brume, était alors encore un bébé et fut confiée à Pylos, le passeur qui avait amené Mégare, la mère d'Héra et les prêtres au Mont Olympus. Héra considère Pylos comme son père d'adoption.
Intissar, quant à elle, peut voir de quoi est composée la Brume grâce à l'un de ses dons, elle viendra sur Taho, où vit Héra, prévenir les magiciens de l'Eau qu'une vague nuisible, issue de la Brume, file droit vers eux. 
La brume est dangereuse et funeste. Nos deux héroïnes vont s'allier et montrer un incroyable courage à défier cet "élément" toxique, trouver son origine et le combattre mais la quête sera périlleuse.
Avec cette brume, on fait la liaison avec notre réchauffement climatique, l'écologie, les éventuelles catastrophes que pourrait engendrer l'énergie nucléaire, c'est écrit intelligemment et le message est clair.

La fin de ce tome 1 est alléchante, outre l'action et les rebondissements tout au long de la lecture, le roman se termine en pleine surprise, en plein cliffangher, je ne m'attendais pas à cette fin de tome... Alors vite la suite !

vendredi 19 octobre 2018

UN LIVRE, UN THE...


Terre de Brume
Tome 1 :
Le Sanctuaire des Dieux
Cindy Van Wilder
Editions Rageot
Fantastique - Fantasy


Un thé vert bio bien chaud comme je l'aime, une exquise pâtisserie à la crème de marrons de chez mon pâtissier virtuose, et ma lecture en cours : le tome 1 de Terre de Brume de Cindy Van Wilder. Je l'ai reçu en avant-première de la part des Editions Rageot, grâce à Babelio, ce n'est pas un coup de coeur, mais j'apprécie vraiment ma lecture. 

J'avais lu, de la même autrice, le tome 1 des Outrepasseurs auquel je n'avais hélas pas accroché, je n'ai donc pas lu les tomes suivants, malgré leurs superbes couvertures, je m'offrirai certainement ces tomes manquants, uniquement pour le plaisir de posséder d'aussi jolis objets livres. 

J'ai presque terminé cette aventure mythologique avec deux héroïnes très courageuses, et je vous en parle très bientôt, en attendant, je vais aller me chercher le calendrier de l'Avent de Damann Frères, je l'ai vu en vitrine de ma boutique de thés, et vous, vous buvez du thé pour accompagner vos lectures ? 
Perso, j'aime le thé vert, et l'Earl Grey, qu'il soit noir ou vert, avec du citron, et vous ? Thé vert, thé noir, rooibos, thé blanc ou matcha ?

samedi 13 octobre 2018

J'AI LU : LES DETECTIVES DU YORKSHIRE - TOME 2


Les Détectives du Yorkshire
Tome 2 :
Rendez-Vous avec le Mal
Julia Chapman
Editions Robert Laffont
Collection La Bête Noire
Policier - Cosy Mystery


Quand Mme Shepherd se rend à l’Agence de recherche des Vallons, convaincue que quelqu’un cherche à la tuer, Samson O’Brien, détective privé, met cela sur le compte des divagations d’une vieille dame un peu sénile. Pourtant, après une série de curieux incidents à la maison de retraite de Fellside Court, il en vient à se demander si, finalement, il n’aurait pas dû la prendre plus au sérieux… Alors que les fêtes de Noël approchent, Samson se lance dans une enquête complexe, qui lui demandera de renouer avec les habitants de Bruntcliffe – les mêmes qu’il a fuis une dizaine d’années auparavant. Et qui mieux que la tempétueuse Delilah Metcalfe, propriétaire de l’Agence de rencontre des Vallons, peut l’aider à regagner leur confiance ? Ensemble, Samson et Delilah vont devoir coopérer pour déjouer les menaces qui planent sur les personnes âgées de la région. Avant qu’il ne soit trop tard…

MON AVIS

Retour dans le Yorkshire, à l'agence de détective de Samson O'Brien, toujours épaulé bien volontiers par son amie Delilah Metcalfe, (et son chien Caliméro) cette fois-ci pour retrouver un mouton nommé Ralph appartenant à un certain Clive Knowles, et pour éclaircir un mystère d'assassinats à la maison de retraite de Joseph O'Brien, le père de Simon, en ce mois de décembre, à l'approche des fêtes de Noël.
Quel bonheur de retrouver notre trio ! 
Ce tome-ci, tout comme le précédent se lit tambour battant, un vrai page-turner. On ne leur facilite pas la tâche à nos héros, mais ils sont perspicaces et parfaitement complémentaires, même Caliméro s'en  mêle et soulève quelques lièvres cachés...
Je me suis laissée totalement porter et n'ai pas cherché à deviner qui était l'assassin, si j'avais réfléchi un petit peu, j'aurai peut-être déniché un indice, mais j'aime tellement l'atmosphère, l'ambiance, les héros, les paysages du Yorkshire, toujours amoureusement décrits au fil des saisons dans cette saga, que j'ai été ravie d'être cueillie par le dénouement de l'enquête et par le suspens extrêmement bien entretenu qui monte crescendo tout au long du roman.
Bien sûr, on suit toujours les familles respectives de nos héros, leurs vies, qui viennent se greffer à l'histoire, ainsi que celle de tout le village de Bruncliffe qui pourrait bien cacher quelque chose dans les tomes à venir...
Un bonheur de lecture ! 

Le tome 3 "Rendez Vous avec le Mystère" sort début novembre, je l'ai déjà pré-commandé chez mon libraire.

mercredi 10 octobre 2018

J'AI LU : ALBERT NOBBS


Albert Nobbs
George Moore
Editions Pocket
Nouvelle 
Littérature Irlandaise


Quel singulier destin que celui d'Albert Nobbs ! Majordome à l'hôtel Morrison, il y est apprécié pour sa discrétion et son efficacité. Mais, pour pouvoir travailler, Albert doit dissimuler un singulier secret. Sous ses vêtements masculins se cache depuis trente ans une femme travestie en homme. Alors qu'un ouvrier découvre l'imposture, Albert choisit pour la première fois de sa vie de réaliser un de ses rêves... Confusion des sentiments et questionnement sur l'identité, l'histoire d'Albert Nobbs dans le Dublin de la fin du XIXe siècle se révèle d'une étonnante modernité.

MON AVIS
(Sans Spoiler)


Surprenant, étrange par moments, mais j'ai pourtant aimé ma lecture, malgré que ce genre de roman ne soit pas celui que je lis habituellement, mais j'aime tellement l'Irlande, j'aime découvrir ce merveilleux pays aussi par sa littérature, outre James Joyce.

La plume d'Albert Moore, bien que classique, est fluide et le sujet moderne. Dans le Dublin de la fin du XIXe siècle, une période difficile pendant laquelle régnait la misère et où l'émigration vers les Etats-Unis était monnaie courante, une femme se fait passer pour un homme afin d'obtenir un emploi à l'hôtel Morrison, un emploi pour gagner sa vie.

Personne ne se doute de quoi que soit jusqu'à ce peintre qui doit dormir dans la même chambre qu'Albert et qui est lui-même... une femme. Le narrateur est un troisième personnage qui nous conte l'histoire, puisqu'il a séjourné dans ce même hôtel lorsqu'il était enfant. mais on ne parle pas plus que cela de lui, ni de son auditeur... 

Le majordome Albert Nobbs est donc une femme à la féminité suspendue, car elle a choisi de vivre avec une apparence d'homme pour être libre, sans être lesbienne à la base. Sa nouvelle amie Janet, alias le peintre Hubert, va la pousser à épouser une femme. Il y a comme une tristesse tout au long de la lecture, de la souffrance même, mais aussi de la tendresse et de la cruauté. Albert Nobbs a eu une vie d'effacée, une vie de dissimulation : masquer sa féminité, choisir un prénom masculin, entrer dans un corset pour élaguer ses formes, rester raide, et vivre de rêves. 

Le comportement des femmes, hors nos héroïnes travesties qui elles, sont plutôt matures et équilibrées, dans cette nouvelle, m'a déplu, on est dans les clichés sexistes, commérages, cupidité, voire la stupidité dans toute sa splendeur.

J'ignorais qu'il existait un film, je l'ai découvert grâce à la couverture du livre, j'imagine la qualité de ce long métrage, servi par Glen Close... 
Un petit aperçu grâce à la BA ci-dessous.


dimanche 7 octobre 2018

UN LIVRE, UN THE...


Nevermoor :
Les Défis de Morrigane Crow
Jessica Townsend
Editions PKJ
Fantastique
Paru le 4 Octobre 2018


Un univers magique et farfelu, c'est ce qui est annoncé, déjà la couverture me parle ! Je suis allée le chercher le jour de sa sortie, je l'avais pré-commandé chez ma libraire. Mais cette lecture n'est pas pour tout de suite car je viens de commencer "Sous la Glace" un polar de Louise Penny, où les descriptions du village de Three Pines enneigé sont extrêmement et poétiquement agréables à lire (les romans de Louise Penny se passent tous à Three Pines, bourgade du Québec).
Je vous souhaite une excellente fin de dimanche, il a plu, on est bien, depuis le temps que l'on attendait l'eau du ciel...  Donc un temps à se balader sous la pluie, à rentrer pour le thé et à ouvrir un livre... Lequel ? 
Et vous, quel livre allez vous ouvrir ? 

vendredi 5 octobre 2018

J'AI LU : FELICITY ATCOCK : TOME 6



Felicity Atcock
Tome 6
Les Anges Voient Rouge
Sophie Jomain
Editions J'Ai Lu
Urban Fantasy
Bit Lit


Je n’ai jamais été une grenouille de bénitier, mais je me souviens très bien des grandes lignes de la religion qui affirment que Dieu est omnipotent, omniscient, omniprésent et... immense. Sauf qu’à en croire l’individu petit, chauve et rabougri qui se tient devant moi, il doit y avoir erreur sur la marchandise. Dans le cas contraire, si ce type est bel et bien le Tout-Puissant comme il le prétend, il va apprendre de quel bois je me chauffe. Même affronter l’enfer ne me fait pas peur. On n’avait qu’à pas m’enlever l’homme que j’aime.


MON AVIS
(Sans Spoiler)

Un dernier tome (sniff) sur les chapeaux de roues ! C'était pétillant, brillant, frais et acidulé comme un bonbon, j'ai adoré cette série.
Félicity Atcock n'est décidément pas une femme à qui il arrive des choses ordinaires, la voici dans une usine désaffectée à la recherche de zombies pouvant l'aider à récupérer l'âme de Stan, l'amour de sa vie, et ainsi le ressusciter, elle agit sur les conseils de Dieu Himself. Celui-ci lui ayant montré par images les étapes à suivre pour procéder à l'action. On n'est pas au bout de nos surprises dans ce tome, Dieu Lui-même est déjà une sacrée surprise ! Mais rien n'est terminé lorsque Félicity en arrive à ses fins, il faut encore lutter contre l'Enfer, qui contrarié d'avoir été contrarié, se venge... Et là, personne n'est à l'abri ! Surtout les lycans et les vampires. Quant à Adam, son bébé, Satan lui trouve plein de qualités, donc Félicity le confie à Dieu, pour le protéger. Que de péripéties ! Des bonnes, des moins bonnes, des terrifiantes, et des drôles, car Félicity Atcock ne serait pas Félicity Atcock si l'humour n'était pas présent.

Et à la toute fin, sur le dernier chapitre, on change de narrateur, on ne voit plus les choses par Felicity mais par Stan et là, on comprend qui est "le Boss", et là... j'ai halluciné ! 

Pour terminer, on a droit à un petit chapitre bonus pour évoquer les choses dans quelques temps, et peut-être donner à l'autrice l'envie de nous conter la suite des aventures de Félicity, qui sait ? En tout cas, j'en serais ravie ! 

mercredi 3 octobre 2018

J'AI LU : LE RETOUR DE LA BÊTE


Le Retour de la Bête
Jean-Luc Marcastel
Editions Gulf Stream
Collection Etincelles
176 pages
 Fantastique Jeunesse


Il paraît que certains l'ont entendue. D'autres au village prétendent même qu'ils l'ont vue, avec ses yeux petits et méchants. Mais toutes ces histoires à dormir debout, qui ravivent le souvenir de la fameuse Bête du Gévaudan, ça ne me fait pas peur, enfin presque pas... Et puis j'ai un problème plus urgent à régler : organiser l'évasion de mon meilleur ami Moshe, qui a été arrêté par des SS. Mais comment ma bande de copains et moi pourrions-nous mettre en déroute les soldats allemands ? Les monstres ne sont pas toujours ceux que l'on pense


MON AVIS

(Sans Spoiler)

Un petit chef-d'oeuvre d'écriture que ce tout petit roman, mais quel roman ! Nous sommes en pleine Seconde Guerre Mondiale, dans un village du Cantal, au coeur d'une France soumise à l'Occupation SS. Quatre enfants vont tenter d'en sauver un cinquième, parce que ce qui lui arrive est injuste, parce qu'il est seul, parce qu'il est Juif, parce qu'il est leur ami.

"A cet instant, dans ce mépris de la culture et de ce qu'elle avait de plus noble, je compris, toutes proportions gardées, que le règne des hommes en uniforme et de leur croix détestable, de tous leurs semblables, de toute époque, en tout lieu, c'était ça". 

L'histoire est toute simple, pour qui connait celle de la Bête du Gévaudan qui sévissait deux siècles plus tôt, pas très loin de là. Mais la plume ! La plume de l'auteur, toujours aussi élégante, précise, poétique, toute en délicatesse, pudique mais pas avare de sentiment, a cette fois-ci réussi à me faire pleurer
Ce roman part d'une salle du Muséum d'Histoire Naturelle de Paris, et y retourne à la fin de l'histoire, l'auteur ne cherche pas à vous bouleverser d'émotions, il est juste sincère et c'est bien cela qui touche le lecteur. Il en a certainement existé des Jacques et des Moshe que l'on appelait Maurice, comme dans cette belle histoire.

Notre plan, je m'en rend compte aujourd'hui, était plein de trous. Il fallait vraiment être des gosses pour croire qu'il marcherait. Mais parfois avec un petit coup de pouce du destin, même les choses plus improbables finissent par réussir...

J'ai adoré ce récit destinée à un jeune lectorat, et même si je l'ai lu avec des yeux d'adulte, mon coeur d'enfant a réagi. Cette histoire est à mettre absolument entre toutes les mains, des petites et des grandes, l'auteur nous prouve d'une magnifique manière que le mal n'est pas toujours là où on le croit.
A la fin du livre, tout un glossaire d'explications sur cette douloureuse période de l'histoire sans oublier des détails sur la Bête du Gévaudan.

Un mot sur la couverture : elle est divinement jolie, et signée Lionel et Cécile Marty, comme les illustrations intérieures.

"Il n'appartient qu'à nous de faire de ce monde un lieu d'amour et de fraternité plutôt que de haine et de défiance."